NOUVELLES

Libye: 17 pro-Kadhafi arrêtés après un assaut meurtrier contre la police

13/04/2013 11:45 EDT | Actualisé 13/06/2013 05:12 EDT

Dix-sept partisans du régime de Mouammar Kadhafi ont été arrêtés après une attaque armée vendredi contre un siège de la police à Sebha (sud), où un garde a été tué et deux autres blessés, a annoncé samedi à l'AFP une source locale de sécurité.

"Un groupe armé de 17 partisans de Kadhafi ont été arrêtés à la suite d'un assaut vendredi contre le siège de la direction des opérations de la police de Sebha ayant fait un mort et deux blessés parmi les agents qui gardaient les lieux", a annoncé le chef du Conseil militaire de la ville, Ahmed al-Atteibi.

"Les assaillants ont réussi au cours de l'attaque à s'emparer de voitures et d'armes" de différents types, a-t-il précisé.

"Les aveux des prisonniers ont dévoilé que certains d'entre eux appartenaient aux organes de renseignement de Kadhafi et d'autres à la 32e brigade, qui était dirigée par Khamis Kadhafi", fils du dirigeant défunt tué lors d'un raid de l'Otan pendant le conflit de 2011, a ajouté M. Atteibi.

"Les assaillants qui sont venus de l'étranger et qui se sont déployés dans les zones de Oubari et Yergen al-Chati (extrême sud), sur les frontières avec l'Algérie et le Niger, visaient à faire du Sud du pays une base pour d'autres attaques ciblant les différentes régions du pays", a assuré le responsable.

Selon lui, le groupe fomentait un plan pour "renverser la révolution du 17 février et restaurer la Jamahiriya", le système mis en place par Mouammar Kadhafi, renversé en août 2011 et tué en octobre de la même année, après plus de 10 mois d'un conflit meurtrier.

D'anciens combattants rebelles "appuyés par une force du Bouclier de la Libye dépendant de l'état-major de l'armée ont réussi après des combats acharnés à faire 17 prisonniers" parmi les assaillants, a expliqué M. Atteibi.

"Une brigade des +martyrs de Zaouia", sous commandement de l'armée libyenne, a mené une vaste opération de ratissage au cours de laquelle elle a réussi à récupérer le matériel volé", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'état-major, le Colonel Ali Chikhi.

"Le groupe qui a été capturé a été transféré à Tripoli vers des prisons" placés sous l'autorité de l'Etat, afin de "parachever l'enquête", a-t-il ajouté.

bra/yba/fc

PLUS:afp