NOUVELLES

La Syrie critique durement l'envoyé spécial de l'ONU

13/04/2013 08:35 EDT | Actualisé 13/06/2013 05:12 EDT

DAMAS, Syrie - Les médias officiels de la Syrie ont accusé samedi l'envoyé spécial des Nations unies d'être un «faux témoin».

Selon le quotidien Al-Thawra, Lakhdar Brahimi est partial et les informations qu'il s'apprête à transmettre à l'organisation internationale ne tiendront pas compte de la souffrance des Syriens.

L'envoyé spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie doit s'adresser au Conseil de sécurité jeudi. Lakhdar Brahimi avait pour mission de faire progresser un plan de paix qui avait été présenté en juin à une conférence internationale à Genève, en Suisse.

Il a choqué le gouvernement syrien lorsqu'il a affirmé, en décembre, que le règne de la famille al-Assad, au pouvoir depuis quatre décennies, avait duré «trop longtemps». Damas l'avait alors accusé de s'ingérer dans ses affaires intérieures.

Le plan de paix de Genève appelait à un cessez-le-feu à durée indéterminée, à la mise sur pied d'un gouvernement de transition pour diriger le pays jusqu'aux élections et à l'élaboration d'une nouvelle Constitution.

Il a été rejeté dès le départ par l'opposition car il n'interdisait pas explicitement au président Bachar al-Assad et aux membres de son régime de participer au gouvernement de transition. De son côté, le régime a ignoré la proposition puisqu'elle impliquait de céder le pouvoir volontairement.

Pendant ce temps, sur le terrain, au moins 12 combattants de l'opposition ont été tués dans un poste de contrôle rebelle, selon des militants. Ils sont tombés dans une embuscade tendue par les troupes gouvernementales syriennes, qui tentaient de porter assistance à une base militaire en état de siège.

Les forces du régime de Bachar al-Assad ont surpris les insurgés en périphérie du village de Baboulein, dans la province d'Idlib, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme, une organisation humanitaire britannique.

De nombreux combattants de l'opposition ont également été blessés lors de l'attaque, a ajouté le groupe, qui obtient ses informations auprès d'un réseau de militants locaux sur le terrain.

PLUS:pc