NOUVELLES

Soudan: la capitale du Kordofan-Sud bombardée, 2 morts (habitants)

12/04/2013 09:48 EDT | Actualisé 12/06/2013 05:12 EDT

Un bombardement attribué à des rebelles a fait deux morts et huit blessés vendredi à Kadougli, la capitale du Kordofan-Sud, une région soudanaise en proie à de violents combats depuis près de deux ans, ont rapporté des habitants.

Ce bombardement est intervenu alors que le président soudanais Omar el-Béchir était vendredi à Juba pour une visite de quelques heures, en signe d'apaisement entre les deux pays, qui se sont mutuellement accusés de soutenir les mouvements rebelles actifs dans les régions frontalières.

L'est de Kadougli a été frappé vers 13H30 (10H30 GMT) par cinq obus, dont "trois ont touché des maisons qui ont été détruites par les flammes. Deux personnes ont été tuées et huit autres blessées", a déclaré un habitant dont la maison se trouve en face de celles touchées.

"Le bombardement a duré 45 minutes. Les gens ont paniqué", a déclaré un autre habitant, tandis qu'un troisième habitant a dit avoir vu des nuages de fumée s'élever après quatre explosions.

Les habitants soupçonnaient les rebelles de la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N) d'être à l'origine du bombardement, mais le porte-parole du SPLM-N a expliqué ne pas avoir d'information dans l'immédiat.

Selon l'un des habitants, les obus venaient de la même direction que lors de la série de bombardements rebelles de la ville fin 2012. L'ONU avait alors évoqué un bilan de 18 morts et 32 blessés, mais les rebelles avaient assuré avoir uniquement visé des installations militaires en représailles à des raids aériens de l'armée soudanaise.

Les forces de Khartoum sont engagées depuis l'été 2011 dans de violents combats contre le SPLM-N au Kordofan-Sud et au Nil Bleu, deux régions frontalières du Soudan du Sud et dont une partie des habitants ont soutenu les Sudistes pendant la guerre civile (1983-2005) qui a abouti à la partition.

Ces violences ont poussé plus de 200.000 personnes à fuir en Ethiopie ou au Soudan du Sud, et touchent encore un million de personnes sur place, selon l'ONU et l'Union africaine. Il est cependant difficile d'obtenir des informations de source indépendante en raison des restrictions imposées par les autorités.

Le SPLM-N déclare lutter contre le régime arabe de M. Béchir afin de mettre en place un régime plus respectueux des diversités ethniques et des droits de l'Homme.

Après des mois de tensions qui ont failli dégénérer en conflit ouvert au printemps 2012, les deux Soudans ont conclu en mars à Addis Abeba un accord sur la mise en place d'une zone tampon à la frontière, dont Khartoum espère qu'elle permettra de couper le SPLM-N de ses soutiens sudistes.

str-it/fc/mcl

PLUS:afp