NOUVELLES

Le Sénat adopte le mariage gai en France

12/04/2013 10:41 EDT | Actualisé 12/06/2013 05:12 EDT

Le Sénat français a adopté vendredi par un vote à main levée le projet de loi qui permettra le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, la réforme la plus importante en France depuis l'abolition de la peine capitale il y a plus de 30 ans.

Pendant que la rue continuait de s'agiter contre l'adoption du projet de loi, les sénateurs ont voté à main levée pour conclure plus d'une semaine de débats intenses. 

La défection de quelques sénateurs de gauche aurait pu avoir des conséquences sur l'adoption du projet, puisque la gauche ne dispose que d'une courte majorité de six voix au Sénat.

Mais quelques élus de la droite de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) et de l'Union des démocrates et des indépendants (UDI) ont permis de sauver le projet de loi, qui devra maintenant retourner à l'Assemblée nationale pour une deuxième lecture.

Le premier article, qui supprime l'exigence de la différence des sexes comme condition au mariage, a été adopté « conforme », c'est-à-dire tel qu'il avait été présenté en première lecture à l'Assemblée nationale.

Cette procédure assure que l'article ne sera pas soumis à de nouvelles discussions lors de la deuxième lecture. Une situation qui allégera les débats, alors que l'opposition souhaite faire traîner les procédures.

« Il y a en chacun d'entre nous une émotion profonde qui emplit l'hémicycle lui-même et nous ressentons le climat qui nous enveloppe en ce moment. Vous avez renforcé le pacte républicain, nous reconnaissons simplement la pleine citoyenneté des couples homosexuels », a déclaré la ministre de la Justice, Christiane Taubira, à l'issue du vote.

La droite refuse d'abdiquer

À l'inverse, la droite fulminait à la suite de l'adoption du projet de loi au Sénat.

« Vous ajoutez une rupture sociétale à une crise sociale, ne croyez pas que le vote de la loi effacera cette rupture », a averti l'ancien premier ministre de droite, Jean-Pierre Raffarin.

L'UMP a tenté de faire adopter une mesure alternative au mariage gai comme elle l'avait fait à l'Assemblée nationale. Le parti de centre droit a proposé un « pacte d'union civile » pour que les couples homosexuels puissent s'unir sans avoir recours au mariage.

« Cette réforme va bouleverser les fondements de notre société », a déclaré un sénateur de l'UMP, Charles Revet. « Les dispositions proposées feront table rase de fondements essentiels », a-t-il ajouté. 

L'opposition a d'ores et déjà indiqué son intention de déposer un recours auprès du Conseil constitutionnel. Et les militants contre le mariage homosexuel ont déjà appelé à une nouvelle manifestation nationale le 26 mai prochain.

Les sondages tendent à démontrer qu'une faible majorité de la population française est en faveur de la légalisation du mariage entre personnes du même sexe.

PLUS:rc