NOUVELLES

Le bénéfice de la banque d'affaires JPMorgan a bondi de 34 % au 1er trimestre

12/04/2013 08:22 EDT | Actualisé 12/06/2013 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Le grand patron de JPMorgan Chase, Jamie Dimon, croit que l'ajustement à la nouvelle réglementation et le raffermissement des contrôles internes représentent maintenant les principales priorités de la banque d'affaires.

La banque entend s'attaquer à ces questions de façon dynamique et choisira de prendre rapidement des décisions plutôt que d'attendre l'atteinte de consensus, a-t-il précisé vendredi lors d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du premier trimestre de la banque.

«Nous devons régler ces choses», a affirmé M. Dimon.

Les profits de JPMorgan ont bondi au plus récent trimestre, mais ses revenus ont légèrement diminué. Les mesures de réduction de coûts et la baisse des réserves pour mauvaises créances ont aidé ses résultats financiers.

La dernière année a été difficile à plusieurs égards pour l'image publique de la banque. JPMorgan dévoilait, il y a presque un an, l'existence d'une énorme perte de courtage inattendue, dont la taille a éventuellement atteint six milliards $ US.

Un comité sénatorial a émis le mois dernier un rapport cinglant sur la façon dont la banque a géré cette perte. Selon ce rapport, JPMorgan a minimisé l'importance du risque de ses opérations et a caché ses pertes aux autorités. La banque a admis avoir fait des erreurs mais elle assure qu'elle n'a jamais voulu tromper le gouvernement.

M. Dimon, qui est à la fois président du conseil d'administration et chef de la direction de JPMorgan Chase, admet que la banque a toujours du pain sur la planche pour s'assurer que sa conduite est conforme aux nouvelles réglementations. L'institution financière s'attend en outre à de nouvelles sanctions de la part des autorités.

JPMorgan a encaissé un autre coup dur le mois dernier lorsque la Réserve fédérale des États-Unis lui a demandé, comme à Goldman Sachs, d'améliorer son plan d'investissement. La banque a indiqué vendredi qu'elle déplaçait certaines ressources et qu'elle participait à davantage de discussions avec la Fed à ce sujet.

Selon M. Dimon, les critiques de la Fed s'attaquaient surtout à des choses comme le niveau de détails qu'elle divulgue à la banque centrale, et non aux données en tant que tel.

Le grand patron de la banque passera un nouveau test important le mois prochain, lors de l'assemblée générale des actionnaires qui se déroulera à Tampa, en Floride. Les actionnaires devraient se prononcer sur une proposition qui demande au conseil d'administration de scinder les postes du chef de la direction et de président du conseil.

Le vote pourrait se transformer en référendum sur Jamie Dimon, puisqu'il pourrait le forcer à abandonner un des deux postes. L'an dernier, 40 pour cent des actionnaires s'étaient montrés favorables à une telle séparation.

Le bénéfice de JPMorgan a avancé de 34 pour cent au premier trimestre par rapport à l'an dernier, passant de 4,6 milliards $ US à 6,1 milliards $ US, en ignorant les paiements aux actionnaires privilégiés. Le bénéfice par action atteint 1,59 $ US, ce qui surpasse les attentes moyennes de 1,39 $ US par action des analystes interrogés par FactSet.

Les revenus de la banque ont totalisé 25,8 milliards $ US, ce qui s'est également avéré supérieur aux attentes de Wall Street, mais représentait une baisse par rapport à ceux de 26,8 milliards $ US récoltés l'année précédente.

PLUS:pc