NOUVELLES

La CCMM serait en faveur de voir les firmes collusionnaires rembourser

12/04/2013 03:59 EDT | Actualisé 12/06/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) estime que les firmes ayant détourné des sommes par le biais de la collusion ou de la corruption devraient les rembourser, bien que son président, Michel Leblanc, croie qu'il sera très difficile de déterminer les montants en question.

Économiste de formation, M. Leblanc a indiqué vendredi qu'il s'agirait d'un exercice complexe mais néanmoins valable.

«C'est clair que, dans la mesure où l'on serait capables d'identifier des sommes, d'identifier des montants et de procéder à des remboursements, ce serait sûrement une chose valide, une chose importante à faire. La difficulté ce sera d'évaluer les montants et de carrément pouvoir attribuer une responsabilité à de la collusion, à de la corruption à ces montants», a-t-il indiqué.

Interrogé sur la capacité des entreprises de génie et de construction écorchées par la Commission Charbonneau de réaliser des grands chantiers, le président de la Chambre a dit croire que celles-ci devront d'abord montrer patte blanche.

«Les entreprises elles-mêmes ont une responsabilité de revoir leurs processus, de démontrer qu'elles se sont ajustées, qu'il va y avoir de la transparence, qu'il va y avoir des règles de contrôle, des politiques d'intégrité. Et que, si des individus ont commis des fautes, si des individus sont responsables de pratiques illégales ou de pratiques inacceptables, ces individus auront été remplacés», a expliqué M. Leblanc.

Selon lui, toutefois, la base économique en génie et en construction repose sur des entreprises fortes, une expertise accumulée au fil des ans, des professionnels très compétents qu'il ne faut pas détruire dans le processus.

Michel Leblanc s'adressait à la presse à l'issue d'une allocution devant les membres de la Chambre de commerce du maire de Montréal par intérim, Michael Applebaum, dont il a salué les efforts de redressement de la situation dans un contexte difficile.

Le maire, qui a longuement discouru sur les investissements et les projets qui animent la métropole, a notamment appelé les Montréalais à moins regarder les activités de la Commission Charbonneau à la télévision et à apprécier davantage les réalisations de la ville.

Il a aussi appelé le gouvernement du Québec a reconnaître le rôle et l'apport de Montréal et de ne pas se laisser distraire par des considérations politiques.

«Il faut s'assurer que Montréal obtienne toute la place qui lui est due, dans toute la politique provinciale, a plaidé M. Applebaum. Montréal c'est le poumon économique du Québec. Le Québec ne peut pas être en santé sans Montréal. Impossible. Un plan économique pour Montréal ne doit pas se calculer au nombre de votes ou de comtés le long du fleuve Saint-Laurent. Montréal doit toujours faire partie de l'équation.»

Michel Leblanc est cependant allé beaucoup plus loin, déplorant l'affaiblissement de la métropole.

«Je comprends que le maire Applebaum a des bonnes relations de travail avec Québec, avec le gouvernement fédéral aussi. Ce qui nous inquiète, c'est qu'évidemment le rapport de force est grandement affaibli. L'élection municipale du mois de novembre est donc extrêmement importante», a-t-il fait valoir.

À ce sujet, il n'a pas caché que la communauté des affaires avait été déçue par certains événements démontrant un manque de direction à la Ville.

«Quand il y a eu le fameux sondage sur la réparation des nids-de-poule, ça n'a pas été bien perçu parce que le monde des affaires s'attend à ce que le maire et l'Hôtel de ville prennent des décisions. Évidemment qu'on s'attend à ce que le prochain maire ou la prochaine mairesse (...) pourra établir les rapports de force, pourra rétablir la confiance», a laissé tomber M. Leblanc.

À la décharge du maire Applebaum, il a cependant reconnu que les attentes étaient probablement trop élevées envers un maire par intérim. Il a fait valoir que de rétablir le lien de confiance entre les élus et la population serait un processus à long terme.

PLUS:pc