Huffpost Canada Quebec qc

Egypte: l'armée, mise en cause dans un rapport, dément des exactions

Publication: Mis à jour:

Le président Mohamed Morsi et le chef de l'armée égyptienne ont démenti que les militaires aient commis des meurtres ou des exactions depuis la révolte de début 2011 contre le régime de Hosni Moubarak, après des fuites d'un rapport mettant en cause des soldats.

"Les forces armées sont sincères et n'ont commis aucun acte contre le peuple égyptien depuis le 25 janvier 2011 (date du début du soulèvement) et n'ont tué personne comme certains le prétendent", a affirmé le ministre de la Défense, le général Abdel Fattah al-Sissi, cité vendredi par l'agence officielle Mena.

La veille au soir, le président islamiste, flanqué de hauts gradés, a promu trois responsables militaires, dans une manifestation de soutien très ostensible à l'armée.

M. Morsi a voulu "apaiser la situation et dissiper les tensions qui règnent dans l'armée, consécutives à une campagne diffamatoire et aux attaques de la part de certains politiciens", a rapporté la Mena.

Le président islamiste avait formé mi-2012, dans un contexte de fortes tensions avec l'appareil militaire, une commission d'enquête sur les violences commises lors de la révolte anti-Moubarak et durant les 14 mois de direction militaire du pays qui ont suivi.

Le quotidien britannique The Guardian ainsi que des journaux égyptiens ont publié des extraits du rapport de cette commission soumis à M. Morsi en janvier dernier, mais toujours pas officiellement publié.

Ces extraits accusent l'armée de torture et de disparitions forcées pendant les 18 jours du soulèvement contre le régime de M. Moubarak, qui en avait appelé à l'armée dans l'espoir de contenir la révolte, et les mois suivants.

se-cr/iba/cco