NOUVELLES

Virage à droite au feu rouge: un bilan contrasté (SONDAGE)

11/04/2013 09:49 EDT | Actualisé 11/06/2013 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

Cela fait dix ans qu'est entrée en vigueur l'autorisation de tourner à droite au feu rouge au Québec. En neuf ans (de 2003 à 2011), on recense 6 décès, 33 blessés graves et 712 blessés légers associés à des manœuvres au feu rouge.

Une large majorité des blessés sont des piétons ou des cyclistes.

De plus, pendant cette période, on dénombre 12410 infractions d'automobilistes qui n'ont pas immobilisé leur véhicule avant d'effectuer le virage à droite. Depuis 2009, on observe une augmentation importante du nombre de contraventions, qui a doublé en neuf ans.

Rappelons que le virage à droite au feu rouge (VDFR) est autorisé depuis le 13 avril 2003 sur l'ensemble du territoire québécois, à l'exception de l'île de Montréal.

Le ministre des Transports du Québec, Sylvain Gaudrault, a déclaré mercredi qu'il ne fermait pas la porte à l'autorisation du virage à droite au feu à rouge à Montréal. Il a toutefois précisé qu'il n'était pas pressé de le faire.

Des maires de Montréal semblent intéressés par l'idée d'introduire le VDFR. « Moi, ce que j'entends des citoyens, c'est qu'ils veulent tourner à droite, s'il y a des intersections dangereuses », affirme le maire de Montréal-Est, Robert Coutu. Il entend d'ailleurs soumettre la proposition au conseil d'agglomération, où il faudrait qu'elle obtienne l'unanimité.

Le maire Applebaum de Montréal est un de ceux qui considèrent comme trop risqué le virage à droite au feu rouge.

Pour sa part, Laval envisage depuis peu d'interdire cette mesure dans certaines intersections, notamment autour des stations de métro et des écoles. Mais la Ville n'entend pas faire marche arrière pour autant.