NOUVELLES

Tentative d'immolation dans les locaux de la garde nationale dans le sud

11/04/2013 03:49 EDT | Actualisé 11/06/2013 05:12 EDT

Un jeune homme a été blessé en s'immolant jeudi dans les locaux de la garde nationale (gendarmerie) à Benguerdane, ville du sud-est tunisien, à la frontière libyenne, a rapporté un collaborateur de l'AFP.

Samir Ben Tahar, 25 ans, s'est aspergé d'essence avant de s'immoler à l'intérieur du poste principal de la garde nationale, où il a été secouru par des agents de permanence qui ont réussi à éteindre le feu.

Actif dans le commerce transfrontalier, le jeune homme entendait protester contre des brimades policières présumées, alors qu'il était convoqué jeudi pour un interrogatoire sur la régularité de ses activités dans cette région de contrebande entre la Tunisie et la Libye.

Il a été soigné pour brûlures à l'hôpital, où il fait l'objet d'une surveillance en réanimation mais ses jours ne sont pas en danger, a indiqué une source médicale locale.

De nombreux cas de suicide par immolation ont eu lieu en Tunisie pendant et après la révolution de janvier 2011 qui avait été déclenchée, le 17 décembre 2010, lorsque le vendeur ambulant Mohamed Bouazizi, excédé par le chômage et la misère, s'était immolé à Sidi-Bouzid (centre).

Le chômage et la pauvreté étaient au coeur du soulèvement qui a renversé le régime de Zine El Abidine Ben Ali et continuent de miner la Tunisie où les conflits sociaux sont fréquents et tournent parfois à la violence.

Le chômage touche quelque 700.000 jeunes dont 170.000 diplômés, alors que deux des dix millions d'habitants sont frappés par la pauvreté extrême.

Selon un bilan officiel publié par la presse, plus de 160 Tunisiens se sont immolés entre décembre 2010 et le 12 mars 2013, date à laquelle Adel Khazri, un jeune vendeur de cigarettes, s'est immolé au centre de Tunis, décédant des suites de ses blessures.

str-Bsh/mcl

PLUS:afp