BIEN-ÊTRE

L'expression de la douleur observée dans le cerveau avec un scanner

11/04/2013 09:33 EDT | Actualisé 11/06/2013 05:12 EDT

La signature neurologique de la douleur a été observée par des scientifiques en analysant des images du cerveau avec un scanner, révèle une recherche publiée mercredi aux Etats-Unis.

Cette découverte pourrait ouvrir la voie à la mise au point de tests cliniques pour mesurer et prédire la douleur.

"Il n'y a actuellement aucune technique clinique permettant de mesurer la douleur et d'autres émotions autres que celle de demander à une personne ce qu'elle ressent", note Tor Wager, professeur de psychologie et de neurologie à l'Université du Colorado, principal auteur de cette étude parue dans le New England Journal of Medicine daté du 11 avril.

Ces scientifiques ont analysé à l'aide d'un ordinateur de multiples images de 114 cerveaux prises avec un scanner quand les sujets étaient exposés à différentes intensités de chaleur sur la peau.
A l'aide d'un programme ordinateur ils ont pu identifier une signature neurologique de la douleur.

"Nous avons découvert des réactions similaires dans de multiples zones du cerveau qui correspondent à l'intensité de la douleur ressentie par les différentes personnes en réaction à la chaleur", explique Tor Wager.

Et contrairement à ce qui était attendu, ces signatures cérébrales de la douleur n'étaient pas spécifiques à chacun des participants de l'étude mais étaient similaires entre elles.

Ainsi, ils ont pu prédire avec une exactitude de 90 à 100% le niveau de douleur qu'une personne ressentait quand celle-ci était soumise à différentes intensités de chaleur sur la peau.

Selon des études faites précédemment, la douleur psychologique peut être très similaire à la douleur physique.

Mais les auteurs de cette dernière recherche n'ont pas constaté de signature neurologique de la douleur chez par exemple des personnes abandonnées par leur partenaire amoureux qui regardent une photographie de ce dernier.

Ils ont enfin observé que la signature neurologique montrait une diminution de la douleur chez des personnes soumises aux mêmes tests de chaleur mais prenant un analgésique.

js/bdx/rap