NOUVELLES

Garcia et Leishman jouent 66 et se hissent en tête; Woods est dans la course

11/04/2013 05:12 EDT | Actualisé 11/06/2013 05:12 EDT

AUGUSTA, États-Unis - Sergio Garcia est toujours à la recherche de son premier titre majeur en carrière.

Et on n'aurait jamais pensé que ça puisse se produire au Augusta National.

Mais il était là jeudi, après avoir évité les bogueys lors de la première ronde, partageant le premier rang du classement général du Tournoi des Maîtres.

«De toute évidence, ce n'est pas mon tournoi préféré», a reconnu Garcia, qui tentait d'être diplomate. «Mais nous tentons de profiter du moment le plus possible chaque fois que nous venons ici. Parfois, ça va mieux qu'en d'autres occasions. Aujourd'hui, c'était l'une de ces bonnes journées. Profitons-en pendant que ça passe.»

La ronde de 66 (moins-6) de Garcia lui a permis de se retrouver à égalité avec l'Australien Marc Leishman, à l'occasion d'une journée nuageuse qui était favorable aux bons résultats. Le vent ne s'est levé qu'en fin d'après-midi, lorsqu'un orage s'est approché d'Augusta. Le soleil n'a pas non plus été suffisamment fort pour assécher les verts, les rendant réceptifs aux coups d'approche.

Leishman a pris les commandes du Tournoi des Maîtres à seulement sa troisième ronde en carrière sur les allées du mythique parcours. David Lynn, qui n'a jamais joué dans ce tournoi, est à deux coups des comeneurs.

Lynn fut le meneur provisoire de l'événement, jusqu'à ce que Leishman ne se hisse en tête avec quatre oiselets consécutifs sur le neuf de retour à compter du 13e vert. L'Australien ne ressemblait nullement au golfeur qui a raté le seuil de qualification à sa seule autre présence au Tournoi des Maîtres, en 2010.

«La première fois que je suis venu ici», s'est rappelé Leishman, «j'étais un peu comme un chevreuil devant les phares d'une voiture, je crois. J'ai perdu ma concentration et je me suis mis à regarder dans toutes les directions, sans me préoccuper de mettre la balle dans le trou.

«Mais d'être ici c'est assez 'cool'», a convenu Leishman. «Nous ne sommes toutefois que jeudi après-midi, alors il reste encore beaucoup de golf à jouer.»

Alors que tous les yeux étaient rivés sur Tiger Woods, des joueurs plutôt méconnus en ont profité pour se hisser au classement.

L'Anglais Lynn a notamment démontré que sa deuxième place au Championnat de la PGA de l'an dernier n'était pas due à de la chance. Sous un ciel gris, il a inscrit quatre birdies en cinq trous sur le neuf de retour et sauvé la normale avec un difficile roulé d'une quinzaine de pieds à son dernier trou de la journée. Pas vraiment des allures de recrue du Tournoi des Maîtres.

Dustin Johnson accuse un déficit d'un coup après avoir remis une carte de 67. Lynn était accompagné à 68 par un groupe de golfeurs comprenant Rickie Fowler, qui a connu la ronde la plus rocambolesque de la journée — il est à moins-4 en dépit de deux double-bogueys.

Jamie Donaldson a quant à lui réussi le coup de la journée: il a logé son coup de départ du sixième, à normale trois, 180 verges plus loin dans la coupe. Il est seulement le cinquième à réussir l'exploit sur ce trou nommé Juniper.

Bien sûr, nous ne sommes que jeudi.

Le statut de Woods, le grand favori pour l'emporter avant le tournoi, n'a pas changé, malgré un boguey au 14e et un court roulé pour un oiselet au 15e qui n'est pas tombé dans la coupe. Il a remis une carte de 70, deux coups sous la normale, pour se trouver à quatre coups de la tête.

«J'ai bien joué sur les verts aujourd'hui», a mentionné Woods, dont la seule ronde initiale plus basse à Augusta fut celle de 68 en 2010. «Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Je me suis présenté sur le terrain et je me suis contenté de frapper la balle, un coup à la fois. Le parcours va changer drastiquement. Tu dois simplement apporter les ajustements nécessaires.»

Woods a déjà trois vestons verts à la maison et vient de retrouver le premier rang mondial, mais il n'a pas gagné de tournoi du Grand Chelem depuis 2008. Son dernier triomphe à Augusta remonte à 2005.

Le Canadien Mike Weir a quant à lui amorcé la compétition avec une ronde de 72.

Le Chinois Tianlang Guan, plus jeune joueur à disputer le tournoi à 14 ans, a éprouvé quelques ennuis. Il a néanmoins démontré qu'il avait sa place parmi les grands en calant un coup roulé de la frise du 18e vert pour un oiselet, en route vers une carte de 73.

Environ trois heures avant que Woods n'effectue ses premiers élans, le tournoi a été lancé par des coups de départ cérémoniaux de trois des plus grandes légendes du sport: Arnold Palmer, Gary Player et Jack Nicklaus, qui sont âgés de 83, 77 et 73 ans respectivement.

PLUS:pc