POLITIQUE

Compressions dans les CPE: la ministre de la Famille annonce une entente

11/04/2013 06:06 EDT | Actualisé 11/06/2013 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

Une entente est intervenue jeudi entre Québec et l'Association québécoise des Centres de la petite enfance (AQCPE) au sujet des compressions budgétaires exigées par le gouvernement aux CPE et garderies privées.

La ministre de la Famille, Nicole Léger, a précisé qu'elle maintenait le cap pour « le rehaussement de la récupération des surplus cumulés chez les CPE et les bureaux coordonnateurs des garderies en milieu familial ». En clair, le gouvernement effectuera une ponction dans les surplus des CPE les plus riches, soit environ 20 % des centres.

Mme Léger a annoncé qu'elle abandonnait « la mesure de subvention proposée pour le barème d'une éducatrice, un éducateur pour 10 enfants » et que le gouvernement maintiendra donc le ratio d'un éducateur pour 8 enfants.

Se gardant de reconnaître un recul, Nicole Léger a indiqué qu'un chantier sera « relancé » pour assurer la pérennité et l'optimisation du financement des CPE.

« Nous atteindrons l'objectif d'effort budgétaire demandé avec des aménagements différents », a expliqué la ministre de la Famille.

Soulagement à l'AQCPE

L'AQCPE accueille avec satisfaction l'annonce de cette entente, notamment en ce qui a trait à l'abandon de l'imposition d'un nouveau barème de financement pour les enfants de 4 ans.

L'effort des CPE-BC dans la lutte contre le déficit atteindra 31,1 millions de dollars.

Toutefois, près de 80 % des CPE-BC ne seront aucunement touchées par cette récupération.

« Nous sommes grandement soulagés que le financement de notre réseau soit sauvegardé et que le gouvernement Marois ait entendu nos représentations quant aux effets dévastateurs de cette mesure sur la qualité des services aux enfants », a déclaré Hélène Gosselin, présidente de l'AQCPE.