NOUVELLES

Au moins 4300 Syriens ont été tués par des frappes aériennes, affirme HRW

11/04/2013 06:14 EDT | Actualisé 11/06/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - Au moins 4300 Syriens ont été tués lors de frappes aériennes aveugles et parfois délibérées lancées par le régime de Bachar el-Assad depuis l'été dernier, ce qui correspond à des crimes de guerre, a indiqué jeudi Human Rights Watch.

Le groupe newyorkais de défense des droits de la personne affirme que les avions de chasse ont parfois ciblé, de manière délibérée, les boulangeries, les files d'attente et les hôpitaux du nord du pays.

HRW a publié ce rapport au moment où les forces gouvernementales lançaient une contre-attaque dans la province de Daraa, dans le sud du pays, où les rebelles ont réalisé d'importants gains stratégiques au cours des dernières semaines.

Un représentant de Human Rights Watch, Ole Solvang, a expliqué à l'Associated Press que ces frappes visent à terroriser les Syriens, surtout dans des secteurs contrôlés par les insurgés qui échapperaient autrement à la violence.

Ces attaques, a ajouté l'organisme, représentent une violation importante du droit humanitaire international et ceux qui en sont responsables se rendent coupables de crimes de guerre.

M. Solvang et son équipe ont visité 52 sites dans le nord de la Syrie, ce qui leur a permis de documenter 59 frappes aériennes illégales par l'armée syrienne. Au moins 152 personnes ont été tuées lors de ces attaques, affirme un rapport rendu public jeudi par HRW. Ces attaques ne semblaient pas viser de cibles militaires particulières.

Le groupe a uniquement visité les zones contrôlées par les rebelles, puisque le gouvernement lui a interdit l'accès aux secteurs qu'il domine. En se basant sur ces visites et sur des entretiens avec 140 témoins, HRW conclut que les avions de chasse ont volontairement lancé huit attaques contre quatre boulangeries du nord du pays où des gens attendaient en file.

HRW a aussi documenté de multiples attaques contre deux hôpitaux de la région, dont sept qui se sont produites pendant la présence de ses enquêteurs.

Le groupe newyorkais reproche enfin au régime l'utilisation d'armes imprécises et aveugles, comme des bombes à dispersion larguées contre des secteurs civils par des hélicoptères et des avions de combat.

À travers le pays, les avions du régime auraient fait plus de 4300 victimes depuis juillet dernier.

Le gouvernement syrien n'a pas immédiatement réagi aux affirmations de Human Rights Watch.

À Daraa, l'armée a repris la ville de Sanamein en fin de journée mercredi, lors de combats qui ont fait au moins 45 morts, dont cinq enfants, selon l'Observatoire syrien des droits de la personne. Des affrontements se seraient aussi produits à Deir el-Zour, dans l'est, ainsi qu'à Alep, Racca et Idlib dans le nord.

PLUS:pc