POLITIQUE

Alan De Sousa demande la démission de Michael Applebaum

11/04/2013 03:01 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

Le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent, ancien vice-président du comité exécutif et membre du parti Union Montréal, Alan De Sousa,  de même qu'une conseillère municipale indépendante, Jocelyn Ann Campbell, réclament la démission du maire intérimaire de la Ville de Montréal, Michael Applebaum.

M. De Sousa réagissait au reportage de Radio-Canada portant sur des transactions immobilières de M. Applebaum au moment où il était maire de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

« Le reportage ne nous a pas surpris parce qu'on constate que depuis plusieurs mois, il y a une série d'événements qui se produisent et à chaque étape le maire Applebaum est pris par surprise. Et quelques semaines plus tard, on découvre la vérité », a-t-il indiqué. 

« Il y a eu plusieurs événements depuis le mois de novembre qui nous indiquent qu'il y a un écart entre ce que le maire a dit et ce que la réalité témoigne », a-t-il poursuivi. 

La conseillère Campbell, du district de Saint-Sulpice, déplore que des élus, comme Richard Bergeron, tolèrent la présence de M. Applebaum même s'ils ne le croient pas. « Il faut mettre fin à la crise qui sévit à l'hôtel de ville, soutient Mme Campbell. C'est non seulement son intégrité qui est en cause, mais celle de l'administration municipale. On ne croit plus Michael Applebaum. »

Mme Campbell va plus loiin, elle estime qu'il faut se pencher sur les activités professionnelles de M. Applebaum. « il serait opportun d'en connaître davantage [...] sur les transactions immobilières qu'il a continué à effectuer pendant tout son mandat d'élu dans son arrondissement. »

Applebaum refuse de démissionner

Le maire de Montréal n'a pas tardé à réagir. « Ça me fait sourire. Je travaille pour les Montréalais, je vais rester jusqu'au 3 novembre », jour des élections municipales, a précisé M. Applebaum.

En ce qui a trait à l'achat du duplex, le maire Appelbaum plaide l'erreur de bonne foi et présente ses excuses. Il a expliqué que cet achat était une aventure familiale. La transaction a été faite avec son père et avec l'aide de son fils de 9 ans. Selon M. Appelbaum, son fils a fait l'étude de marché avec l'aide de son enseignant de troisième année. Michael Appelbaum a tenu à préciser que son fils lui avait recommandé à quel moment vendre et à quel prix.