NOUVELLES

Syrie : le Front Al-Nosra prête allégeance à Al-Qaïda

10/04/2013 02:26 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

Le chef du groupe syrien Front Al-Nosra s'est démarqué de l'annonce faite mardi de la fusion entre son groupe et Al-Qaïda en Irak en prêtant à nouveau allégeance à la maison mère Al-Qaïda et à son chef Ayman al-Zawahiri, le successeur d'Oussama ben Laden.

« Les fils du Front al Nosra renouvellent leur engagement auprès du cheikh du djihad Ayman al Zaouhari et lui déclarent obéissance », a-t-il déclaré dans un message audio.

Le chef d'Al-Nosra Abou Mohammed al-Joulani a jugé que l'annonce de la fusion était prématurée et pouvait même nuire aux relations d'Al-Nosra avec les autres factions qui combattent le régime de Bachar al-Assad.

« Nous informons que ni le commandement d'Al-Nosra, ni sa Choura (conseil consultatif), ni son responsable général n'étaient au courant de cette annonce. Elle leur est parvenue via les médias et si le discours attribué est authentique, nous n'avons pas été consultés », assure son chef.

Abou Mohammed al-Joulani a toutefois reconnu le soutien militant et financier d'Al-Qaïda en Irak qui « a approuvé le projet proposé par Al-Nosra pour venir au secours de nos frères opprimés en Syrie et nous a donné une partie de l'argent de l'État islamique d'Irak ».

« Nous ne voulions pas précipiter les choses avec l'annonce d'un État islamique, car dans les régions libérées, se réalisent déjà la charia, la résolution des conflits, l'aspiration à la sécurité entre musulmans. Le fait d'annoncer cela n'était pas nécessaire », a-t-il souligné.

« En tout cas, l'État islamique en Syrie sera construit par tout le monde, sans exclusion d'aucune partie ayant participé au jihad et au combat en Syrie », a-t-il martelé.

Le Front al Nosra s'est fait connaître au début 2012 en revendiquant des attentats suicides ou à la voiture piégée. Il est parmi les groupes les plus armés et les mieux structurés de la rébellion.

Le groupe pose un véritable problème à l'opposition syrienne qui est divisée à son sujet. Des membres de l'opposition le rejettent alors que d'autres le considèrent comme partie intégrante de la rébellion.

PLUS:rc