NOUVELLES

Red Bull attendue au tournant

10/04/2013 11:19 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT

L'équipe Red Bull devra protéger et surveiller ses pilotes, ce week-end, à Shanghai. Pour que le bon message passe. L'équipe devra confirmer qu'elle a en effet laissé tomber les consignes.

Mark Webber a été invité à la conférence de presse de la FIA du jeudi. Pas Vettel. Ce sera l'occasion de connaître l'état d'esprit du pilote australien après la controverse du Grand Prix de Malaisie. Et de connaître les dernières décisions de l'équipe.

Selon Helmut Marko, conseiller F1 et responsable de la filière des pilotes de Red Bull, l'équipe a laissé tomber les consignes.

« Nous ne donnerons plus de consigne d'équipe », a-t-il dit au magazine allemand Bild. Ainsi, plus de code multi 21 ou multi 12 aux pilotes...

La décision est logique, puisque les pilotes ne les respectent pas. Red Bull ne veut plus montrer qu'elle ne contrôle pas ses pilotes. Mais la nouvelle n'est pas venue du patron de l'équipe Christian Horner, dont l'autorité a été sérieusement écorchée à Sepang. L'info est donc à prendre avec les précautions d'usage.

La presse spécialisée voudra avoir confirmation et savoir si c'est réaliste de penser que Webber pourra attaquer son coéquipier s'il devait se trouver dans la position du poursuivant.

L'équipe a dû préparer Sebastian Vettel à ce qui l'attend en Chine. Il aura à répondre à beaucoup de questions. Et les responsables des médias de l'équipe voudront s'assurer qu'il ne contredit pas son coéquipier.

Profiter de la moindre faille

La concurrence compte bien profiter du cirque médiatique à prévoir, qui risque de distraire Red Bull ce week-end.

Mercedes-Benz en aura besoin, car la presse voudra savoir si Nico Rosberg pourra répéter sa victoire de 2012 en tenant compte de la position privilégiée de son coéquipier Lewis Hamilton, confirmée à Sepang par la consigne donnée à Rosberg de rester derrière Hamilton.

Le patron de l'équipe Ross Brawn a défendu sa décision, habitué au respect des consignes durant ses années chez Ferrari, sachant que de toute façon, il ne fait pas partie des plans de l'équipe en 2014.

Loin des feux de la rampe, Ferrari doit refaire son retard en raison de la mauvaise décision stratégique qui a éliminé Fernando Alonso du GP de Malaisie. Elle a 26 points de retard sur Red Bull après deux épreuves.

Elle devra aussi montrer que les performances de Felipe Massa ne jettent pas d'ombre sur la cohésion de l'équipe. Massa a devancé Alonso en qualifications dans les deux premières courses de la saison. Et il a marqué des points à chaque fois. Il a quatre points d'avance sur son coéquipier à l'aube du rendez-vous chinois.

« La voiture a certainement plus de potentiel, a dit Massa. Je ne me suis pas battu pour la victoire dans les deux premières courses, mais les signes sont encourageants. Le rythme en course est excellent. Cette année, Ferrari est une des équipes qui peut se battre pour le titre. La voiture réagit bien en piste par rapport aux données recueillies en soufflerie. Nous voulons nous battre pour la victoire en Chine. »

Pedro de la Rosa a fait des heures dans le simulateur. Cela a permis d'apporter quelques modifications à la F138 pour Shanghai, afin d'éviter la dégradation prématurée des pneus, surtout sur le train avant de la voiture, a précisé Ferrari.

Si Red Bull et Ferrari semblent avoir une longueur d'avance, Mercedes-Benz devra se méfier de McLaren, dont les performances ont été anormalement médiocres en Australie et en Malaisie. Un total de quatre petits points en deux courses. Au-delà des modifications normales à la voiture pour l'adapter au circuit chinois, la MP4-28 a également évolué après l'analyse des carences constatées depuis le début de la saison.

« Nous connaissons la nature des problèmes, a expliqué Jonathan Neal, directeur sportif de McLaren. Et nous verrons vendredi lors des essais libres si les modifications apportées seront utiles aux pilotes. »

PLUS:rc