L'ambiance est morose à Postes Canada. Au moins sept employés de la région de Montréal se sont enlevé la vie en un peu moins de deux ans et demi.

Le 1er avril dernier, TVA Nouvelles dévoilait la mort par suicide, à quelques mois d'intervalle, de deux employés de Postes Canada à Montréal.

Toutefois, Le Huffington Post Québec a appris qu'au moins sept employés de Postes Canada dans la région montréalaise se sont enlevé la vie depuis novembre 2010.

Ainsi, deux employés de l'ancienne succursale «Longueuil Principale» se sont suicidés avant la fusion de leur succursale avec celle de l'aéroport de St-Hubert. Au moins un des deux avait confié «avoir très peur» des nouvelles méthodes de travail entraînées par la fusion.

À l'été 2012, c'était au tour d'un employé de la succursale de Saint-Léonard de commettre l'irréparable. Il était suivi le même été, au mois d'août, par un ancien employé du bureau de la ville de St-Hubert.

Le dépôt Monterey à Laval et le centre de tri Léo Blanchette, à Saint-Laurent, ont également été frappés par le drame. Dans le premier cas, la cause serait plus personnelle que professionnelle. Dans le second cas, les raisons du décès demeurent incertaines: certains parlent d'un suicide, d'autres d'une mort par cause naturelle. «Ce que je sais, c'est qu'il était paniqué par l'introduction du chronométrage qui évalue l'efficacité du classement des lettres par les employés», confie le président du syndicat des travailleurs de la poste, section Montréal, Alain Duguay.

Finalement, en mars 2013, un employé de la succursale de l'aéroport de Saint-Hubert s'est enlevé la vie durant les heures de travail après avoir été informé d'un changement dans ses tâches. Une enquête a été ouverte dans ce dossier.

Durant cette période, deux autres employés ont dû être pris en charge après avoir confié entretenir des pensées suicidaires.

«On ne peut pas dire que tous les cas sont liés au travail, commente Alain Duguay. Mais je peux vous dire que nos travailleurs subissent beaucoup de pression. Les gens ne sont plus capables.»

Réorganisation du travail

«Les employés travaillent entre 10 et 12 heures par jour, il y a de la pression pour faire des heures supplémentaires, poursuit Alain Duguay. Quand tu es épuisé, ça peut te pousser à prendre des décisions que tu ne prendrais pas autrement.»

Les employés de Postes Canada dénoncent depuis plusieurs semaines la réorganisation du travail présentement en cours.

La nouvelle approche, nommée «Poste moderne», exige un nombre de livraisons plus élevé de la part des facteurs. Ceux-ci doivent aussi livrer des colis, ce qui était autrefois la tâche d'un autre employé. Postes Canada justifie la réorganisation des tâches par l'introduction de nouvelles machines plus efficaces pour classer le courrier.

De nombreux bureaux de poste ont également été fermés ou pourraient l'être bientôt.

Mutisme à Postes Canada

Du côté de Postes Canada, on refuse de confirmer le nombre de décès par suicide ou de fournir de plus amples renseignements. «Ce serait inapproprié de notre part de faire tout commentaire. Par respect pour les familles, je ne pourrai pas commenter, a dit la porte-parole, Anick Losier. On est très attristés.»

À notre demande pour obtenir des statistiques sur le nombre de suicides parmi les employés de Postes Canada, la porte-parole a répondu: «On ne veut pas partager ces chiffres-là. Il y a toujours plusieurs facteurs qui expliquent [NDLR: les suicides], je pense qu'il faut faire attention».

La porte-parole a suggéré au Huffington Post Québec d'envoyer une demande d'accès à l'information. Malheureusement, la société de la couronne est connue pour son piètre bilan en matière de transparence. Lors du dépôt du dernier rapport de la commissaire fédérale à l'information, Postes Canada a reçu la cote F. Il s'agissait d'une mince amélioration par rapport à sa note précédente, soit «alerte rouge».

Mise à jour: Dans une courte entrevue avec une collègue du Huffington Post Canada, Jon Hamilton, directeur général des communications stratégiques chez Postes Canada, a nié les informations publiées par Le Huffington Post Québec. «D'après ce que nous savons de nos employés, ce n'est pas vrai.» Jon Hamilton n'a pas souhaité fournir de plus amples informations.

Le Huffington Post Québec avait contacté Postes Canada avant la publication de cet article pour obtenir une confirmation et des commentaires. La porte-parole de Postes Canada n'a pas souhaité confirmer ou infirmer nos informations.


Si vous sentez que vous avez besoin d'aide ou si vous êtes inquiet pour l'un de vos proches, contactez sans plus attendre la ligne d'intervention gratuite 1-866 APPELLE (277-3553), disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.