NOUVELLES

Pont Champlain : Québec ambigu sur un système léger sur rail

10/04/2013 10:24 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT

Tandis que l'Agence métropolitaine de transport (AMT) recommande au gouvernement du Québec l'intégration d'un système léger sur rail dans le projet du nouveau pont Champlain, le gouvernement du Québec continue d'évaluer la forme que devrait prendre le transport collectif entre la Rive-Sud et Montréal.

Le mois dernier, l'AMT a remis au ministre des Transports du Québec une étude évoquant trois scénarios : le statu quo, l'amélioration des voies réservées aux autobus et l'intégration d'un système léger sur rail.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, l'AMT privilégie cette dernière option. Ce transport collectif ferait la liaison entre le quartier DIX30, à Brossard, et la gare centrale, à Montréal.

Le ministre québécois des Transports, Sylvain Gaudreault, a donc tous les éléments pour prendre sa décision d'ici le 30 juin afin que le gouvernement fédéral puisse intégrer les volontés du provincial à son projet. Ottawa est le maître d'œuvre de ce projet, qui sera construit selon un mode de partenariat public-privé.

Le ministre Gaudreault s'est contenté d'affirmer mercredi matin que le système léger sur rail « est un très bon moyen », ajoutant que sa principale préoccupation pour le nouveau pont Champlain est de s'assurer « que les gens de la Rive-Sud ne payent pas deux fois pour traverser le pont, avec un péage imposé par le fédéral [...] et en plus pour prendre un système de transport collectif ».

De son côté, le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, a qualifié la proposition d'« intéressante ». Il a déclaré qu'« il faut la considérer dans l'ensemble des investissements en transport en commun de la région métropolitaine », ajoutant que « tout coûte cher » et qu'« il faut vivre selon nos moyens ».

Ottawa ne payera rien pour les transports collectifs

Malgré les appels du gouvernement du Québec pour qu'Ottawa paye une partie de la facture pour les coûts du transport en commun - qui pourraient atteindre 2 milliards de dollars si l'option du système léger sur rail est retenue, le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, s'y oppose, affirmant que Québec peut utiliser l'argent pour les projets d'infrastructure prévu dans le budget Flaherty, mais qu'il n'y aura pas d'enveloppe spéciale.

Le ministre Lebel est par ailleurs à Brossard mercredi pour rencontrer des maires de la Rive-Sud et un représentant de la Ville de Montréal dans le cadre d'une table ronde sur l'avenir du pont Champlain. Ils aborderont notamment les questions d'évaluation environnementale.

PLUS:rc