NOUVELLES

Mme Obama plaide avec émotion pour un encadrement plus strict des armes

10/04/2013 03:56 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT

La Première dame Michelle Obama a plaidé avec émotion mercredi pour un renforcement de la législation sur les armes à feu aux Etats-Unis, dans sa ville natale de Chicago (Illinois, nord) en proie à la violence des gangs.

Effectuant une rare incursion directe dans un débat de politique intérieure, Mme Obama est revenue sur le décès d'une jeune adolescente noire, Hadiya Pendleton, tuée par balle à Chicago, une semaine après avoir défilé en tant que majorette lors de la seconde investiture du président Barack Obama à Washington.

Mme Obama, qui s'était rendue aux obsèques de la jeune fille, a raconté avoir éprouvé un sentiment étrange en rendant visite à sa famille. "Je n'en suis pas revenue à quel point ils m'étaient familiers. Parce que j'ai compris que la famille de Hadiya était tout comme la mienne. Hadiya Pendleton, c'était moi. Et j'étais elle", a-t-elle ajouté, des sanglots dans la voix.

"Mais j'ai pu grandir, aller à Princeton, à la faculté de droit de Harvard, avoir une famille et vivre la vie la plus privilégiée que j'aurais jamais pu imaginer. Et Hadiya... nous savons ce qui s'est passé", a poursuivi Mme Obama, qui s'exprimait lors d'une réunion consacrée à la lutte contre la violence.

"Nous lisons ce genre d'histoire chaque jour (...) dans cette ville et dans le reste de ce pays. Je ne parle pas de quelque chose qui se produit dans une zone de guerre à l'autre bout du monde", a-t-elle affirmé.

"En ce moment, mon mari lutte de toutes ses forces (...) pour faire adopter des réformes de bon sens qui protégeraient nos enfants de la violence due aux armes", a rappelé Mme Obama, en reprenant l'expression de son époux: "ces réformes méritent un vote au Congrès".

Il est rare que les premières dames des Etats-Unis en général, interviennent directement dans le débat politique. Hillary Clinton avait été très critiquée au début des années 1990 pour son rôle dans la réforme de la couverture maladie promise par son mari.

Le plaidoyer de Mme Obama est intervenu peu après que des démocrates et des républicains du Congrès eurent annoncé mercredi la conclusion d'un compromis sur l'extension des vérifications d'antécédents des acheteurs d'armes, l'une des mesures soutenues par l'exécutif dans la foulée de la tuerie d'écoliers à Newtown (Connecticut, nord-est) en décembre.

bur-tq/rap

PLUS:afp