NOUVELLES

Étude: Les médecins ne sont pas assez informés des effets nocifs des médicaments

10/04/2013 05:31 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT
Shutterstock

TORONTO - La plupart des médecins de famille reçoivent peu ou pas d'information sur les effets nocifs des médicaments lors de visites de représentants de compagnies pharmaceutiques, révèle une étude publiée mercredi.

Malgré cela, plusieurs des médecins canadiens, américains et français sondés par les chercheurs ont avoué qu'il était probable qu'ils commencent à prescrire ou qu'ils augmentent la quantité de prescriptions des médicaments proposés lors de ces visites.

Ce résultat est compatible avec des recherches précédentes qui concluaient que les prescriptions des médecins sont influencées par la promotion des compagnies pharmaceutiques.

La chercheure principale de l'étude, Barbara Mintzes, a souligné que comme les dangers posés par des médicaments sont une préoccupation importante de santé publique, la qualité et la quantité d'information que reçoivent les médecins est importante.

Dans le cadre de l'étude, publiée mercredi dans le Journal of General Internal Medicine, les chercheurs ont demandé à 255 médecins de famille de Sacramento, en Californie, de Toulouse, en France, et de Montréal et Vancouver, au Canada, de remplir un questionnaire à chaque fois qu'ils recevaient la visite d'un représentant.

Au total, les médecins ont fourni de l'information sur presque 1700 promotions de médicaments entre mai 2009 et juin 2010.

Les représentants de compagnies pharmaceutiques se rendent régulièrement dans les cabinets de médecins pour faire la promotion de leurs produits. Lors de ces visites, ils donnent de l'information, fournissent souvent des échantillons gratuits, et dans certains cas, ils offrent aux médecins de la nourriture ou des billets pour divers événements.

Depuis 2005, les échantillons gratuits et les cadeaux aux médecins sont interdits en France.

«Nous voulions savoir à quelle fréquence l'information qui était fournie aux médecins atteignait un standard minimal d'information sur la sécurité des médicaments», a expliqué Mme Mintzes, qui est en poste à l'école de santé publique et des populations de l'Université de la Colombie-Britannique.

«Nous avions en fait fixé des barèmes plutôt bas», a-t-elle ajouté.

L'«information de sécurité minimalement adéquate» telle que définie par les chercheurs était composée d'au moins un risque sérieux posé par un médicament, au moins un effet secondaire commun, au moins une contre-indication, et au moins une utilisation adéquate du médicament.

L'étude a démontré que ces informations n'étaient «presque jamais fournies», a résumé Mme Mintzes. Au total, «elle était fournie dans moins de deux pour cent de toutes les promotions faites aux médecins», a-t-elle indiqué.

Les médecins de Toulouse étaient plus souvent informés par les représentants des effets nocifs d'un médicament que ceux du Canada et des États-Unis, ce qui pourrait être l'effet d'une réglementation plus sévère, ont indiqué les chercheurs.

À Vancouver et Montréal, les risques possibles n'ont été mentionnés que pour 34 pour cent des médicaments vantés, tandis que c'était le cas pour 61 des médicaments proposés aux médecins de Toulouse. À Sacramento, les effets nocifs ont été soulevés pour 39 pour cent des produits.

L'information sur les effets bénéfiques pour la santé a été fournie deux fois plus souvent que l'information sur les effets néfastes.

PLUS:pc