NOUVELLES

Les parlementaires marocains refoulés en Cisjordanie faute de visa (Israël)

10/04/2013 05:33 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT

Israël a justifié mercredi sa décision d'interdire l'entrée en Cisjordanie à deux parlementaires marocains, membres d'une délégation européenne, en expliquant qu'ils n'avaient pas de visa.

"Tout citoyen marocain, membre ou non d'une délégation, a besoin d'un visa pour entrer en Cisjordanie via Israël. Les deux députés se sont présentés avec leurs seuls passeports marocains sans avoir coordonné leur visite avec les Affaires étrangères", a déclaré le porte-parole du ministère, Yigal Palmor.

"Si nous avions reçu un préavis sur leur visite, nous aurions pu faciliter leur entrée", a-t-il ajouté, précisant que les autres membres de la délégation, titulaires de passeports européens, étaient exemptés de visa.

Mehdi Bensaïd et Ali Salem Chekkaf, membres d'une délégation de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (ACPE), composée de 15 nationalités, ont été interdits d'entrée dimanche au pont Allenby, point de passage contrôlé par Israël entre la Jordanie et la Cisjordanie occupée.

MM. Bensaïd et Chekkaf ont effectué un sit-in de protestation lundi et mardi au pont Allenby, jusqu'au terme de la mission de la délégation, mardi.

Selon M. Bensaïd, les autorités israéliennes ont adressé "un refus définitif", et "sans aucune raison", à leur entrée en Cisjordanie, directement au Conseil de l'Europe, après que celui-ci eut protesté officiellement.

Le président de la Chambre des représentants marocaine, Karim Ghellab, a dénoncé "un acte discriminatoire et arrogant".

Le Maroc est l'un des rares pays arabes à recevoir des responsables israéliens malgré l'absence de relations diplomatiques formelles entre les deux pays. L'Egypte et la Jordanie sont les seuls pays arabes à entretenir des relations diplomatiques pleines avec Israël.

dms/sst/tp

PLUS:afp