NOUVELLES

Le président Barack Obama dépose un budget de 3800 milliards $US

10/04/2013 11:25 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président Barack Obama a soumis mercredi au Congrès américain un budget de 3800 milliards $US qui tente de trouver un compromis afin de freiner l'explosion du déficit, notamment en haussant le taux d'imposition pour les mieux nantis et en coupant dans les programmes sociaux comme la sécurité sociale et l'assurance santé Medicare.

Le budget de M. Obama prévoit réduire le déficit de 1800 milliards $US au cours de la prochaine décennie, augmenter les impôts, diminuer les sommes versées aux fournisseurs de Medicare et revoir à la baisse les ajustements relatifs au coût de la vie pour les prestations des millions de bénéficiaires de la sécurité sociale et des autres programmes sociaux.

En vertu du budget proposé mercredi, la taxe fédérale sur les cigarettes doublerait pour s'établir à 1,95 $US par paquet. Cet argent permettrait de financer un nouveau programme pour les enfants d'âge préscolaire issus de familles pauvres ou de la classe moyenne.

Les dépenses du gouvernement américain pour l'exercice financier 2014, qui commence le 1er octobre, afficheraient une hausse de 2,5 pour cent par rapport à celles de l'exercice en cours.

Le budget anticipe un déficit de 973 milliards $US pour 2013 et de 744 milliards $US pour 2014. Ce serait la première fois que le déficit passe sous la barre des 1000 milliards $US depuis 2008. Même avec les réductions proposées par le président, le déficit totaliserait 5300 milliards $ durant la prochaine décennie.

Le document inclut un compromis que Barack Obama a soumis au président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, durant les pourparlers sur le «précipice fiscal» en décembre dernier. M. Boehner avait quitté la table des négociations parce qu'il n'était pas d'accord avec la décision d'augmenter les impôts pour les plus riches.

En proposant de couper dans la sécurité sociale et l'assurance santé, les deux plus importants programmes sociaux du gouvernement américain, M. Obama souhaite convaincre les républicains d'envisager la possibilité de hausser les impôts.

«J'ai déjà fait plus que la moitié du chemin pour rejoindre les républicains alors j'espère que, dans les prochains jours et les prochaines semaines, ils prouveront que la réduction du déficit et de la dette leur tient autant à coeur qu'ils le prétendent», a déclaré le président mercredi dans la roseraie de la Maison-Blanche.

Mais au lieu d'aider le Congrès à trouver un terrain d'entente, le budget de Barack Obama a plutôt suscité la colère tant des républicains que des démocrates, les premiers dénonçant l'augmentation des impôts et les seconds déplorant la diminution des prestations de sécurité sociale.

Le président a déposé son budget avec deux mois de retard. L'administration Obama a mis ce délai sur le compte des longs pourparlers de décembre sur le précipice fiscal et des disputes provoquées par les coupes budgétaires automatiques qui sont entrées en vigueur le 1er mars.

Le budget présidentiel s'ajoute aux autres propositions déjà approuvées par la Chambre des représentants et le Sénat, respectivement dominés par les républicains et les démocrates.

Il est peu probable que le Congrès se lance dans des négociations sur le budget avant l'été, moment où le gouvernement américain aura une fois de plus besoin de hausser le plafond de la dette sous peine de se retrouver en défaut de paiement pour la première fois de son histoire.

PLUS:pc