NOUVELLES

Le feu aux poudres

10/04/2013 01:06 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

La boxe nous a habitués aux esclandres et aux facéties des pugilistes. Mais il régnait une véritable ambiance hargneuse, mercredi, au point de presse pour annoncer le duel entre Chad Dawson et Adonis Stevenson.

Ce combat de championnat du monde WBC des mi-lourds aura lieu le 8 juin au Centre Bell. Le gala de boxe s'inscrira dans l'offre faite aux amateurs de sports durant le week-end du Grand Prix du Canada.

Après les politesses et les remerciements d'usage du promoteur Yvon Michel à ses partenaires et commanditaires, il n'a fallu que deux questions des journalistes pour mettre le feu aux poudres.

En prenant la parole, Stevenson a promis une victoire par K.-O. Cela a fait bondir Dawson.

« Qui es-tu? Qui as-tu affronté? Personne ne te connaît. J'ai été obligé de googler ton nom pour savoir contre qui je me battrais », a lancé Dawson.

Stevenson (20-1, 17 K.-O.) continuait de promettre que le champion du monde ne verrait pas la fin du combat. Un engagement un peu frondeur quand on sait que Dawson (31-2, 2 combats sans décision, 17 K.-O.) n'a jamais été stoppé en 35 combats professionnels. Les insultes se sont multipliées durant la pose pour la photo du fameux face-à-face.

L'attitude de Stevenson est d'autant plus surprenante qu'Yvon Michel venait tout juste d'énumérer la longue liste de grands noms qui ont goûté à la médecine de Dawson, liste sur laquelle figurent Tomasz Adamek, Antonio Tarver et Bernard Hopkins.

Round par round, gaucher contre gaucher

Une fois le cirque médiatique nourri, les deux boxeurs ont abordé la manière avec laquelle ils allaient gagner le combat.

« Je trouve que ce mec me manque de respect. Je vais lui apprendre le respect dans le ring. Il ne touchera même pas à ma ceinture. Je ne l'ai pas apportée aujourd'hui parce que je pense qu'il ne mérite même pas de la regarder », a lancé Dawson encore visiblement émotif.

La phrase la plus éloquente est venue d'Eddie Mustapha Muhammad, l'entraîneur de Dawson. « Il va le démolir round par round. Il commencera au premier round jusqu'à ce que ce soit fini. Et je ne pense pas qu'il faille aller à la limite. »

Dans un autre coin de l'estrade, Stevenson y allait de la même promesse dans un langage bien différent. « Je vais me préparer comme je ne l'ai jamais fait auparavant. Je vais le frapper avec la même force du premier au dernier round », a déclaré le Longueuillois.

En réponse à Muhammad, qui avait laissé entendre plus tôt que les habiletés payaient les factures (Skills pay the bills), Stevenson a répliqué que Dawson ne pourrait pas se sauver pendant 12 rounds.

« Il y a quatre coins et tu ne peux pas te cacher bien longtemps, tu ne peux pas t'envoler. Je l'aurai avec mon énergie. » Stevenson compte aussi se préparer adéquatement pour affronter un gaucher.

On ne reverra Dawson et Stevenson à Montréal que la semaine avant le combat. Dawson, qui ne veut plus du surnom « Bad », rentrera chez lui à Las Vegas, où il vit et s'entraîne depuis déjà un an et demi.

De son côté, Stevenson s'en va à Traverse City, au Michigan, en compagnie de Javan Hill, pour peaufiner sa préparation. Hill est le neveu du fondateur de Kronk Gym, Emanuel Steward, mort en octobre dernier.

C'est aussi en ce lieu que Thomas Hearns s'était entraîné pour affronter Sugar Ray Leonard.

Soulignons en terminant que le contrat entre Dawson et Stevenson est assorti d'une clause pour un combat revanche.

PLUS:rc