NOUVELLES

Inculpation d'un Arabe israélien qui avait rejoint les rebelles syriens (Shin Beth)

10/04/2013 07:38 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT

Un Arabe Israélien qui avait rejoint la rébellion en Syrie pour combattre au nom du "jihad mondial" a été inculpé mercredi de contact avec un agent ennemi, a annoncé le service de sécurité intérieure israélien, le Shin Beth.

Un tribunal israélien a inculpé Hikmat Massarweh, 29 ans, un résident de Taybeh (nord), "de contact avec un agent ennemi, d'entraînement militaire et d'entrée illégale sur le territoire syrien (la Syrie étant officiellement en guerre avec Israël, NDLR)", a précisé le Shin Beth dans un communiqué.

Il a été arrêté le 19 mars après s'être "rendu en Syrie pour combattre au côté des rebelles", selon la même source.

Selon l'enquête du Shin Beth, il s'était rendu en Syrie pour rejoindre le "jihad mondial, afin de combattre les forces de l'armée syrienne, et tenter de retrouver son frère, Hussein, parti en Syrie il y a quelques mois dans un but similaire".

Il a participé à des entraînements militaires dans un camp des rebelles en Syrie et a indiqué lors de ses interrogatoires "qu'on lui avait posé de nombreuses questions au sujet d'Israël et de l'armée israélienne (...) et sur le réacteur de Dimona" situé dans le désert du Néguev, selon le communiqué.

Il a "affirmé qu'on lui avait demandé de commettre un attentat en Israël, mais qu'il avait refusé", selon le texte.

"Le Shin Beth estime inquiétant le phénomène des Arabes israéliens qui partent en Syrie rejoindre le jihad mondial, même si cela ne concerne pour le moment que des cas isolés", a déclaré la porte-parole du service de sécurité à l'AFP.

"Les Arabes israéliens voyageant en Syrie sont exposés à une idéologie extrême anti-Israël", ajoute le Shin Beth qui dit craindre qu'ils ne soient "utilisés par les terroristes".

Le Front jihadiste Al-Nosra, en première ligne contre le régime syrien, a annoncé mercredi faire allégeance au chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri.

La communauté des Arabes israéliens, descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création de l'Etat hébreu en 1948, compte aujourd'hui plus de 1,3 million de personnes, soit 20% de la population totale. Elle souffre de discriminations, notamment en matière d'emploi et de logement.

Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan, qu'il a annexés, une décision non reconnue par la communauté internationale, environ 510 km2 restant sous contrôle syrien.

dms/sst/sw

PLUS:afp