NOUVELLES

Avec un essai de missile, Pyongyang "jouerait avec le feu" (chef du Pentagone)

10/04/2013 01:59 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT

La Corée du Nord, qui semble sur le point d'effectuer un ou plusieurs tirs d'essai de missiles, "joue avec le feu", a regretté mercredi le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel, selon qui les Etats-Unis sont "prêts à faire face à toute éventualité".

"Avec sa rhétorique belliqueuse, la Corée du Nord joue avec le feu et n'aide pas à désamorcer une situation instable", a déclaré le chef du Pentagone, interrogé sur les tensions dans la péninsule coréenne en marge d'une conférence de presse sur le budget du Pentagone.

"Notre pays est tout à fait prêt à faire face à toute éventualité, à toute action que la Corée du Nord pourrait entreprendre, à toute provocation à laquelle elle pourrait se livrer", a assuré M. Hagel.

Ignorant les mises en garde de son voisin et allié chinois, Pyongyang a déployé la semaine passée sur sa côte orientale deux missiles Musudan, d'une portée théorique de 4.000 kilomètres, soit la capacité d'atteindre la Corée du Sud, le Japon ou l'île américaine de Guam, selon Séoul. Ce missile n'a jamais été testé auparavant.

L'éventuel tir de missile pourrait survenir autour du 15 avril, jour de la naissance du fondateur de la République démocratique populaire de Corée.

Interrogé sur les capacités balistiques de la Corée du Nord, le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey, a de son côté jugé qu'après "plusieurs essais réussis de tirs de missiles", "nous devons envisager le pire".

L'armée américaine n'abattra le ou les missiles lancés par Pyongyang que si ceux-ci constituent une menace pour le Japon, la Corée du Sud ou pour le territoire américain, a de son côté prévenu mardi le commandant des forces américaines en Asie-Pacifique, l'amiral Sam Locklear.

"Cela ne nous prend pas longtemps pour déterminer où il se dirige et où il va tomber", a expliqué l'amiral devant les sénateurs de la commission des Forces armées à Washington, précisant qu'il "ne recommandait pas" d'abattre un missile qui ne posait pas de menace.

mra-ddl/mdm

PLUS:afp