NOUVELLES

USA: premier vote jeudi sur les armes, menace d'obstruction républicaine

09/04/2013 04:00 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

Face à une menace d'obstruction républicaine qualifiée d'"ahurissante" par le vice-président Joe Biden, la majorité démocrate du Sénat américain a annoncé mardi qu'un premier vote à risque sur la réforme de la législation sur les armes à feu aurait lieu dès jeudi.

"On dirait que maintenant, non seulement certains sénateurs ne veulent pas prendre position publiquement, mais ils sont prêts à empêcher quiconque de prendre position. C'est presque ahurissant", a affirmé depuis la Maison Blanche M. Biden, chargé par le président Barack Obama après la fusillade de l'école de Newtown en décembre de réfléchir aux pistes de réforme.

"Imaginez ce qu'ils sont en train de dire dans les autres capitales du monde entier, aujourd'hui. Le reste du monde suit tout ce que nous faisons", a-t-il ajouté. "Imaginez de quoi nous avons l'air."

Le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, a annoncé la tenue d'un premier vote de procédure où 60 voix sur 100 seront nécessaires pour permettre l'ouverture des débats. Le groupe démocrate ne disposant que de 55 sièges, l'appui de plusieurs républicains est impératif pour que les projets de réforme survivent. Selon un comptage de plusieurs médias américains, cette barre de 60 voix semblait atteignable mardi.

D'autres votes, sur le fond, auraient ensuite lieu.

Les démocrates veulent forcer les élus à se positionner, notamment sur une réforme qui recueille une vaste majorité d'opinions favorables dans la population: la généralisation des vérifications d'identité avant tout achat d'armes, y compris dans les foires spécialisées et sur internet.

"Ce serait une gifle aux Américains de ne rien faire sur les vérifications d'antécédents, sur la sécurité à l'école, sur le trafic d'armes, alors que tout le monde trouve que c'est une bonne idée" a déclaré M. Reid.

Treize sénateurs conservateurs ont menacé d'employer une méthode parlementaire d'obstruction, dite de "filibuster", pour empêcher l'ouverture des débats.

"Si la généralisation des vérifications était votée, la réponse immédiate de l'administration Obama serait de créer un fichier national" des propriétaires d'armes, a dénoncé le Texan Ted Cruz. Les démocrates rétorquent qu'un tel fichier ne fait pas partie du projet.

Barack Obama a continué mardi à faire pression sur les élus, et a appelé plusieurs d'entre eux, démocrates et républicains, selon un responsable de la Maison Blanche.

Il avait consacré lundi un nouveau déplacement aux armes, à moins de 100 km de l'école Sandy Hook de Newtown où 6 adultes et 20 écoliers furent abattus.

Onze proches de victimes sont ensuite montés à bord de l'avion présidentiel, direction Washington, où depuis mardi matin ils rencontraient des élus du Congrès pour tenter de les convaincre de voter pour les propositions de loi démocrates.

Un ruban vert sur leurs vêtements, ils n'ont fait aucun commentaire à la presse avant un rendez-vous avec le républicain Johnny Isakson.

Par ailleurs, deux accidents ont impliqué des enfants qui jouaient avec des armes ces derniers jours. Un garçon de 4 ans a grièvement blessé lundi d'une balle en pleine tête son copain de jeu de 6 ans dans une petite ville du New Jersey (nord-est), deux jours après un accident mortel impliquant un enfant de 4 ans dans le Tennessee (sud).

bur-ico/bdx

PLUS:afp