NOUVELLES

Un influent élu sud-coréen brandit la menace de se doter de l'arme nucléaire

09/04/2013 05:49 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

Un influent élu sud-coréen a estimé mardi que son pays devrait développer sa propre défense nucléaire ou faire revenir l'arsenal atomique américain afin de dissuader la Corée du Nord et son allié chinois de toute velléité d'agression.

Chung Mong-joon, ancien candidat du parti conservateur sud-coréen à la dernière présidentielle, a fait valoir lors d'une visite à Washington que la diplomatie avait échoué à régler la crise avec Pyongyang.

Cet homme d'affaires milliardaire a affirmé que Séoul avait le droit de se retirer du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires afin de s'aligner sur le développement de l'arsenal nucléaire nord-coréen.

"Cela leur enverrait un avertissement clair selon lequel, en poursuivant leur programme atomique, les Nord-Coréens sont en train de libérer le mauvais génie nucléaire de l'Asie de l'Est", a-t-il déclaré devant le Carnegie Endowment for international peace.

Chung Mong-joon, dont l'opinion est partagée par plusieurs républicains américains, a ajouté que les Etats-Unis pouvaient également réinstaller leur arsenal nucléaire en Corée du Sud, qu'ils avaient retiré en 1991 avec la fin de la Guerre froide contre l'Union soviétique.

"La leçon à tirer de la Guerre froide est que contre les armes nucléaires, seules les armes nucléaires peuvent garantir la paix", a affirmé l'élu.

Les autorités américaines ne s'attendent pas à ce que la Corée du Sud se dote de l'arme nucléaire, et s'opposent même à une telle évolution craignant que cela crée un précédent pour le club très fermé des pays ayant l'arme nucléaire.

Face aux menaces de plus en plus précises de Pyongyang, les Etats-Unis ont fait voler des avions bombardiers B-52 et B-2, fers de lance de leur dissuasion nucléaire, au-dessus de la Corée du Sud, afin d'assurer Séoul de leur soutien.

"Nous demander de ne pas envisager l'option nucléaire revient à nous demander tout simplement de nous rendre", a lancé l'élu sud-coréen.

mh-sct/rap/bdx

PLUS:afp