NOUVELLES

Soudan: violences entre tribus arabes au Darfour, au moins 18 morts

09/04/2013 12:17 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

Au moins dix-huit personnes ont été tuées dans la région soudanaise du Darfour (ouest) depuis la semaine dernière dans des violences entre deux tribus arabes dans le district d'Oum Dukhun, frontalier du Tchad, ont indiqué mardi des chefs de communauté.

Les violences ont débuté la semaine dernière quand un membre de la tribu des Messiriya a abattu un membre de la tribu des Salamat, a-t-on appris auprès de la mission conjointe ONU-Union africaine de maintien de la paix au Darfour (Minuad).

Moussa al-Béchir, un chef Salamat, a expliqué à l'AFP qu'une "petite divergence" entre deux personnes a mené à ces affrontements meurtriers. "Jusqu'à hier, le nombre de morts du côté Salamat est de 18", a-t-il dit.

"Actuellement, les chefs des deux côtés essaient de résoudre le problème et de calmer la situation", a-t-il ajouté.

Le chef Salamat n'était pas en mesure de préciser combien de victimes les affrontements avaient fait chez les Messiriya mais un responsable de cette tribu a indiqué que le bilan s'élevait à onze morts dans les deux camps depuis lundi.

En février, un député avait indiqué que plus de 500 personnes de sa tribu, les Beni Hussein, avaient trouvé la mort lors d'affrontements avec les Rizeigat, une tribu arabe rivale, dans le secteur du Djebel Amir, dans le nord du Darfour.

Un haut responsable de la région, Eltigani Seisi, a déclaré récemment que la violence ethnique est devenue "le principal problème" au Darfour, et a pris la place des attaques rebelles.

Ce type de conflit est souvent lié à une concurrence pour s'approprier des ressources comme l'or ou l'eau, avait indiqué un responsable des Nations unies, en marge d'une conférence internationale destinée à lever des fonds pour développer le Darfour organisée en début de semaine au Qatar.

Parallèlement aux violences à Oum Dukhun, un des chefs rebelles, Abdel Wahid Mohammed Nour, qui dirige une faction de l'Armée de libération du Soudan (ALS), a affirmé mardi que ses forces avaient attaqué trois camps gouvernementaux dans le secteur de Dobo, au sud-est d'El-Facher, capitale du Darfour-Nord.

L'armée de son côté a affirmé lundi soir avoir repoussé une attaque rebelle sur Dobo Madrassa, situé entre le Darfour-Nord et le Darfour-Sud.

str-it/mcl/feb

PLUS:afp