NOUVELLES

Sept ans de prison pour un Arabe israélien lié au Hezbollah (médias)

09/04/2013 05:47 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

Un Arabe israélien a été condamné mardi à sept ans de prison par un tribunal israélien pour avoir eu des contacts avec un agent du mouvement chiite libanais Hezbollah et pour avoir comploté en vue de commettre un crime, a annoncé la radio publique.

Milad Mohammad Khatib, 26 ans, originaire de la localité de Madj al-Krum en Galilée (nord d'Israël), a été reconnu coupable par un tribunal de Haïfa d'avoir eu des contacts durant une période de cinq ans avec un agent du Hezbollah.

Arrêté en septembre 2012, il a avoué pendant les interrogatoires avoir été recruté en 2009 par un Libanais habitant au Danemark, Burhan Khatib, qui lui avait donné pour instruction de collecter des informations sur l'emplacement et le fonctionnement des bases militaires israéliennes, des dépôts et fabriques d'armes, selon le Shin Beth, le service de la sécurité intérieure israélienne.

Selon l'acte d'accusation, il aurait également fourni des informations sur la localisation des points d'impact des roquettes tirées par le Hezbollah durant le confit qui l'a opposé en 2006 à l'armée israélienne dans le sud du Liban.

L'an dernier, l'agent du Hezbollah lui a également demandé des informations sur les mesures de sécurité mises en place durant une visite que devait effectuer le président Shimon Peres à Madj al-Krum.

Avant son procès, il a conclu un accord avec l'accusation qui a abandonné le chef d'accusation d'assistance à l'ennemi en temps de guerre, passible d'une peine de prison à perpétuité, pour celui, moindre, de complot en vue de commettre un crime.

Le Hezbollah est un ennemi juré d'Israël. Pendant l'été 2006, Israël a mené une guerre au Liban contre le mouvement libanais, conflit qui a fait plus de 1.200 morts côté libanais et plus de 160 côté israélien.

La communauté arabe israélienne compte 1,3 million de personnes, soit 20% de la population du pays. Elle rassemble les descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leurs terres après la création d'Israël en 1948, et se dit discriminée et marginalisée.

jlr/agr/cnp

PLUS:afp