NOUVELLES

Prison à vie pour un colon juif qui se dit "fier" d'avoir tué 2 Palestiniens

09/04/2013 11:58 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

Un tribunal israélien à Jérusalem a condamné mardi à la prison à vie un colon juif pour le meurtre de deux Palestiniens dont il s'est dit "fier".

"Je n'ai ni de regrets ni peine", a affirmé le colon Jack Teitel aux journalistes après la lecture du verdict, ajoutant "être fier d'être au service de Dieu".

Cet activiste religieux d'extrême-droite avait été reconnu coupable du meurtre d'un chauffeur de bus et d'un berger palestiniens en 1997, de deux tentatives de meurtre, de fabrication et détention illégale d'armes et d'incitation à la violence.

Le verdict du tribunal précise que l'inculpé écope de deux peines de prison à vie, une pour chaque victime, et devra également verser 180.000 shekels (36.000 euros) à chacune des familles des deux morts.

Le juge Yoed Cohen a rappelé, dans son verdict, "qu'au lendemain du Jour de la Shoah qui marque le souvenir des millions de juifs tués par une idéologie raciste démente (...), un homme, et à plus forte raison un juif, se doit de ne jamais oublier l'injonction +Tu ne tueras point+".

Celui que les médias israéliens ont qualifié de "terroriste juif" a également été condamné à 30 ans de prison ferme pour deux tentatives de meurtre et d'autres activités criminelles.

La justice a reconnu en décembre dernier que M. Teitel était en pleine possession de ses capacités mentales au moment des faits reprochés, rejetant les arguments de ses avocats selon lesquels il n'était pas responsable de ses actes en raison de son état mental instable.

Agé de 40 ans et père de quatre enfants, Jack Teitel habitait une colonie de Cisjordanie occupée depuis 1999.

Il avait été arrêté par la police en 2009.

Jack Teitel a notamment revendiqué un attentat à la bombe en 2008 contre le domicile de l'historien Zeev Sternhell, connu pour ses opinions de gauche, et l'envoi d'un colis piégé à une famille de juifs messianiques (qui reconnaissent Jésus comme le messie). Un adolescent avait été grièvement blessé par l'explosion de cet engin.

Le professeur Sternhell, interviewé à la télévision israélienne, a estimé que "le phénomène de violence politique existe au quotidien en Israël même si Teitel en est la manifestation la plus extrême".

Jack Teitel s'en était aussi pris à la communauté homosexuelle, appelant au meurtre de "sodomites" et faisant l'apologie d'un attentat contre un centre d'aide à la communauté gay qui avait fait deux morts en 2009 à Tel-Aviv.

Dans le passé, plusieurs colons extrémistes ont été arrêtés pour avoir commis des attentats contre des Palestiniens.

En 1984, un réseau de 29 activistes avait été démantelé par les services de sécurité israéliens à la suite d'attaques à l'arme automatique contre des Palestiniens et de la découverte d'un projet d'attentat à la bombe contre la mosquée Al-Aqsa, lieu saint de l'islam à Jérusalem.

En 2003, quatre colons ont été condamnés pour une tentative d'attentat à l'explosif contre une école palestinienne à Jérusalem-Est, le secteur à majorité arabe annexé par Israël.

Les auteurs d'attentats anti-palestiniens peuvent aussi agir seuls, sans aide extérieure, comme Baruch Goldstein, responsable du massacre de 29 Palestiniens au Caveau des Patriarches à Hébron (sud) en 1994 ou encore Asher Weizgan, originaire de la colonie de Shvout Rachel comme Teitel, qui avait abattu quatre Palestiniens en 2005.

mib/agr/feb

PLUS:afp