Huffpost Canada Quebec qc

Pas d'assurance-emploi après un congé de maternité

Publication: Mis à jour:
PREGNANT
Shutterstock

Ottawa refuse de verser des prestations d'assurance-emploi à des femmes après un congé de maternité.

D'anciennes employées du Cirque du Soleil mises à pied en janvier dernier l'ont appris à leurs dépens. Elles n'avaient pas accumulé assez d'heures de travail pour recevoir l'assurance-emploi, puisqu'elles revenaient de leur congé de maternité.

Julie Barron, mère d'une petite fille d'un an, en fait partie. Elle vient d'apprendre, à son grand étonnement, qu'elle n'a pas droit aux prestations d'assurance-emploi, parce qu'elle a pris un congé parental, qui est un régime québécois. « C'était un peu incroyable », témoigne-t-elle.

Julie n'avait travaillé que quatre semaines après son retour du congé de maternité, avant de perdre son emploi. Les prestations d'assurance-emploi lui sont refusées, car elle n'a pas accumulé suffisamment d'heures de travail au cours des 12 derniers mois.

« J'ai payé dans le système depuis 10 ans, et juste parce que j'étais à la maison avec mon bébé, je ne suis pas éligible », déplore Julie Barron.

Le Conseil d'intervention pour l'accès des femmes au travail dénonce cette « situation injuste » qui dure depuis des années.

Le congé parental et l'assurance-emploi sont deux régimes distincts, le premier étant géré par le Québec et le second, par le gouvernement fédéral. Ottawa ne devrait donc pas compter les semaines passées en congé parental, selon Nathalie Goulet, directrice du Conseil d'intervention pour l'accès des femmes au travail.

« Au Québec, on s'est battu pour avoir notre propre régime d'assurance parentale, parce qu'on a toujours dit que d'être en congé parental, ce n'est pas être au chômage », explique-t-elle.

Le Mouvement action chômage de Montréal reçoit régulièrement des femmes qui sont confrontées au même problème.

« Le but du régime d'assurance-chômage c'est ça, protéger les gens qui perdent leur travail involontairement. Et cette femme-là, cette personne-là, perd son travail involontairement et, malheureusement, à cause d'un manque de volonté politique, cette femme-là est laissée complètement à elle-même », note Hans Marotte, responsable du service juridique au Mouvement action chômage de Montréal.

Un régime plus généreux avec les anciens prisonniers

Ottawa a pourtant assoupli le régime à l'endroit des prisonniers. Pour éviter de les pénaliser pour les semaines passées en prison, le gouvernement fédéral accepte de remonter deux ans en arrière pour calculer le nombre d'heures travaillées.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a déposé un projet de loi pour prolonger la période de référence pour les femmes qui reviennent de congé de maternité.

Ce projet de loi a peu de chance de succès, car les conservateurs, majoritaires à la Chambre des communes, s'y opposent. La ministre des Ressources humaines, Diane Finley, estime qu'il serait injuste de recevoir deux fois des prestations pour le chômage et le congé parental. Elle appuie par contre un autre projet de loi qui vise à éliminer l'exception pour les prisonniers condamnés pour des infractions criminelles.

Un reportage de Benoît Giasson

 

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Quelques controverses du gouvernement Harper
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Pas d'assurance-emploi après un congé de maternité