NOUVELLES

L'Iran ne suspendra pas l'enrichissement d'uranium à 20% (responsable nucléaire)

09/04/2013 06:39 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Fereydoun Abbassi Davani, a déclaré mardi que l'Iran refusait de suspendre l'enrichissement d'uranium à 20% ou d'envoyer à l'étranger son stock, conformément aux demandes des grandes puissances, selon l'agence Isna.

"Nous n'arrêterons pas l'enrichissement à 20% (...) utilisé pour le combustible du réacteur de recherche de Téhéran", a affirmé M. Abbassi Davani à la presse, en marge des cérémonies à l'occasion de la Journée nationale de la technologie nucléaire.

"Nous avons encore besoin de produire du combustible", a-t-il ajouté, alors que l'Iran prévoit de construire cinq nouveaux réacteurs de recherche.

"Nous produisons de l'uranium à 20% selon nos besoins, a-t-il dit. Dans tout projet, il est nécessaire d'avoir une réserve en plus. Nous sommes capables de retransformer de l'uranium à 20% en uranium à 3,5% mais il n'y a aucune logique pour diluer notre uranium à 20%".

"Nos activités d'enrichissement sont sous le contrôle total de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et il n'y a aucune inquiétude à avoir", a souligné M. Abbassi Davani.

"Par conséquent, nous n'enverrons pas à l'étranger nos stocks et nous ne les diluerons pas", a-t-il conclu, estimant que les pays membres du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) qui négocient avec Téhéran une issue à la crise nucléaire "feraient donc mieux d'avoir des propositions rationnelles".

Lors des récentes négociations à Almaty (Kazakhstan), le 5+1 a notamment demandé à l'Iran de transformer en combustible pour le réacteur de Téhéran son stock d'uranium à 20% et d'envoyer le surplus à l'étranger ou de le diluer, en échange d'une levée partielle des sanctions qui frappent Téhéran.

Selon le dernier rapport de l'AIEA, publié en février, l'Iran a produit 280 kilos d'uranium à 20%, dont 115 kilos ont été transformés en combustible, ce qui rend difficile son éventuelle utilisation à des fins militaires.

Les pays occidentaux et Israël accusent l'Iran de vouloir utiliser l'enrichissement d'uranium pour fabriquer l'arme atomique, ce que Téhéran a toujours démenti en affirmant que son programme est uniquement à but pacifique.

sgh/cyj/sw

PLUS:afp