NOUVELLES

L'Irak inspecte un nouvel avion iranien à destination de la Syrie

09/04/2013 06:19 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

L'Irak a fouillé mardi, pour la deuxième fois en 48 heures, un avion cargo iranien à destination de Damas qui traversait son espace aérien, mais n'y a découvert que du matériel humanitaire, a annoncé un haut responsable irakien.

Il s'agit de la deuxième inspection de ce type depuis que l'Irak a assuré le 30 mars qu'il accroîtrait ses fouilles inopinées, comme l'y ont fermement encouragé les Etats-Unis. Washington soupçonne les avions iraniens de transporter des équipements militaires pour le régime de Bachar al-Assad.

"Les autorités irakiennes ont inspecté un avion cargo iranien de la compagnie Mahan Air mais n'y ont découvert que du matériel humanitaire", a déclaré à l'AFP Ali al-Moussaoui, porte-parole du Premier ministre Nouri al-Maliki.

Lundi, un appareil de la même compagnie avait été fouillé dans les mêmes conditions. Les inspecteurs irakiens y avaient découvert "uniquement du matériel médical et des premiers secours".

Téhéran a officiellement protesté auprès de l'Irak après cette première fouille, a indiqué mardi le porte-parole de la diplomatie iranienne, Ramin Mehmanparast, cité par l'agence Fars. Il a dénoncé les tentatives de "créer un sentiment de peur à l'égard de l'Iran" menées par "les Etats-Unis, des pays occidentaux alliés au régime sioniste et certains pays de la région".

"Cet acte inacceptable mené par l'Irak pour contrôler notre avion cargo a montré une nouvelle fois que ces accusations sont sans fondement", selon lui.

Ces derniers mois, l'administration Obama n'a cessé de demander à l'Irak d'intercepter et de contrôler la cargaison des avions de fret en provenance d'Iran et à destination de la Syrie.

En visite le 24 mars à Bagdad, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a averti M. Maliki que "les survols d'appareils partis d'Iran (contribuaient) à soutenir le président Assad et son régime".

Jusqu'à présent, le gouvernement irakien s'est gardé de prendre parti dans le conflit syrien qui a fait plus de 70.000 morts en deux ans selon l'ONU.

ak/gde/sgh-cyj/tp

PLUS:afp