NOUVELLES

Les enquêteurs de l'ONU sur les armes chimiques en Syrie quittent Chypre

09/04/2013 11:43 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT

Les membres de la mission d'enquête de l'ONU sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie quittent cette semaine Chypre, d'où ils comptaient aller à Damas, après que les autorités syriennes eurent refusé leur visite, a-t-on appris mardi auprès de l'ONU.

Le chef de la mission d'enquête, le professeur Ake Sellström, arrivé à Chypre lundi, est reparti mardi, a indiqué l'ONU.

Une petite équipe logistique, arrivée dimanche, quittera jeudi l'île méditerranéenne pour retourner au siège de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques à La Haye en raison du refus de Damas à laisser la mission accéder à son territoire, selon la même source.

Le gouvernement syrien et l'opposition armée s'accusent mutuellement d'avoir employé des armes chimiques dans le cadre de la guerre civile qui fait rage dans le pays.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, qui a souligné que "toutes les allégations" feraient l'objet d'enquêtes, avait annoncé lundi qu'une première équipe se trouvait à Chypre, "dans la dernière phase" avant son départ vers la Syrie.

Mais la Syrie a rejeté peu après la mission telle que l'a proposée M. Ban qui envisage un déploiement sur tout le territoire.

Elle a précisé que la demande de Damas portait sur "l'envoi d'une mission technique neutre et honnête au village de Khan Aassal dans la province d'Alep (nord) pour enquêter sur ce qui s'est passé après que le village eut été la cible d'un missile doté de matières chimiques toxiques tiré par les bandes terroristes".

M. Ban a affirmé mardi que "l'objectif initial de la mission (...) est l'incident de Khan Aassal". "Mais (...) la mission doit aussi vérifier l'accusation d'utilisation d'armes chimiques à Homs le 23 décembre", a-t-il précisé.

Il a en outre appelé la Syrie à "coopérer" avec la mission des enquêteurs que l'ONU.

L'ONU a nommé le 26 mars le Pr Sellström, un scientifique suédois qui avait participé à la chasse aux armes de destruction massive de l'Irak dans les années 1990, pour diriger l'équipe d'experts chargée de déterminer si des armes chimiques ont été utilisées en Syrie.

cnp/vl

PLUS:afp