NOUVELLES

Le Soudanais Béchir vendredi à Juba pour la première fois depuis 2011

09/04/2013 04:32 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

Le président soudanais Omar el-Béchir effectuera vendredi sa première visite à Juba depuis l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011, scellant un long processus d'apaisement entre les deux pays voisins.

"M. Béchir se rendra à Juba vendredi. C'est confirmé", a annoncé mardi Imad Sayed Ahmad, secrétaire de la présidence chargé des médias. Le 12 mars, le Soudan avait annoncé que M. Béchir avait accepté une invitation de son homologue Salva Kiir à se rendre au Soudan du Sud, mais sans fixer de date.

M. Ahmad n'a pas donné davantage de précisions sur cette visite, mais un responsable à l'ambassade du Soudan du Sud à Khartoum a précisé que le président soudanais y rencontrerait les principaux dirigeants.

Elle sera la première de M. Béchir depuis qu'il a assisté à la déclaration d'indépendance du Soudan du Sud le 9 juillet 2011, résultat des accords de paix ayant mis fin en 2005 à une guerre civile dévastatrice entre nordistes et sudistes (1983-2005, deux millions de morts).

Après la sécession du Sud, des questions sont toutefois restées en suspens: le partage des ressources pétrolières, le tracé litigieux de la frontière, le statut des ressortissants de chaque Etat sur le territoire de l'autre et l'avenir de la zone frontalière d'Abyei.

Les tensions autour de ces différends avaient dégénéré en graves combats frontaliers au printemps 2012, laissant craindre une reprise du conflit à grande échelle, et la communauté internationale a fait pression pour que les deux pays trouvent un accord global.

MM. Béchir et Kiir s'étaient vus maintes fois à Addis Abéba et avaient signé plusieurs accords pour résoudre ces contentieux, restés jusqu'à mars lettre morte.

Khartoum avait soumis l'application des accords à l'obtention de garanties que Juba cesserait son soutien à la rébellion dans les régions du Kordofan-Sud et dans le Nil-Bleu, frontalières du Soudan du Sud. Juba avait démenti tout soutien aux rebelles.

La prochaine visite de M. Béchir à Juba interviendra après la signature le 12 mars à Addis Abeba d'un énième accord qui a cette fois-ci permis de relancer la production pétrolière du Sud, à l'arrêt depuis janvier 2012, qui commencera à être exportée fin mai via Port-Soudan au Soudan.

A la cérémonie samedi dernier marquant la reprise de la production, le ministre sud-soudanais Stephen Dhieu Dau a parlé d'un "signe de paix". "Il n'est pas possible que ces deux pays frères vivent sans paix et le pétrole jouera un rôle essentiel pour maintenir la paix au Soudan et au Soudan du Sud.

L'arrêt de la production a coûté aux deux pays des milliards de dollars. La Chine est le principal client des exportations de pétrole sud-soudanaises.

Avant la partition, le Soudan produisait quelque 470.000 barils par jour.

Le Soudan du Sud a hérité de 75% de la production du Soudan pré-sécession. Mais enclavé, le jeune Etat dépend de son voisin du nord pour exporter son brut par le biais de ses oléoducs et des infrastructures portuaires de Port-Soudan, sur la mer Rouge.

Le nouveau pays avait cessé sa production furieux que Khartoum ait effectué des prélèvements en nature sur son brut au titre des droits de passage, faute d'un accord sur leur montant. Il s'était ainsi privé de 98% de ses recettes.

L'accord conclu en mars prévoit également la réouverture des postes-frontières pour relancer le commerce.

str-it/tp/sw

PLUS:afp