NOUVELLES

CSQ: le maire Labeaume en remet

09/04/2013 03:34 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT
PC

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) passe de la parole aux actes devant le refus du maire de s'excuser pour des propos jugés diffamatoires qu'il a tenu à son endroit. La centrale a indiqué par communiqué mardi après-midi qu'elle va déposer une requête en diffamation contre Régis Labeaume.

La semaine dernière, la centrale a mis en demeure le maire de se rétracter après qu'il ait laissé entendre que « les gens de la CSQ sont de mauvais citoyens corporatifs... qui se comportent comme les pires des capitalistes » dans le dossier du Complexe Place Jacques-Cartier, dont ils sont copropriétaires.

La CSQ précise qu'elle n'a d'autre choix que d'aller de l'avant avec des procédures judiciaires en raison de « la persistance du discours du maire de Québec ».

Plus tôt dans la journée, Régis Labeaume avait répété qu'il n'entendait pas s'excuser. Il a aussi annoncé qu'il ferait une sortie publique dans les prochains jours pour faire la lumière sur le dossier.

« Non seulement on n'arrêtera pas de parler, non seulement on ne s'excusera pas, mais on va mettre encore plus d'efforts pour expliquer à la population qui est la Centrale des syndicats du Québec », a indiqué le maire mardi.

 Lors du dernier conseil municipal, une résolution a été adoptée pour lancer le processus d'expropriation de la centrale. Régis Labeaume a soutenu mardi que la Centrale réclame un dédommagement pour laisser le champ libre à la Ville. « Je ne les laisserai pas faire une passe d'argent sur le dos des payeurs de taxe, a lancé le maire. C'est ça qu'ils veulent faire. Ils veulent qu'on les paie des centaines de milliers de dollars sinon des millions pour qu'ils lèvent leur droit de premier refus. C'est ça la vérité », soutient-il.

Le maire a mentionné qu'il compte donner sa version des faits publiquement d'ici quelques jours. « On va expliquer à la population et aux membres de la Centrale des syndicats du Québec les comportements de cette organisation dans les cinq dernières années », a-t-il dit.