NOUVELLES

Vladimir Poutine hué par des manifestants en Allemagne et aux Pays-Bas

08/04/2013 06:58 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

AMSTERDAM, Pays-Bas - Vladimir Poutine a été hué par des centaines de manifestants allant de féministes aux seins nus à des militants pour les droits des homosexuels lors d'une visite en Allemagne et aux Pays-Bas lundi, mais le président russe a paru peu impressionné par ces démonstrations de colère.

À Hanovre, la chancelière allemande Angela Merkel a critiqué le bilan de la Russie en matière de droits humains au cours d'une conférence de presse. Des activistes du groupe féministe ukrainien Femen ont ensuite dénudé leur poitrine en hurlant «Poutine est un dictateur» avant d'être arrêtées par la police.

Le leader russe a commenté brièvement l'incident plus tard à Amsterdam, remerciant le ciel que les militants de la ville néerlandaise venus dénoncer l'approbation par les députés du Kremlin d'un projet de loi interdisant la «propagande homosexuelle» n'aient pas décidé eux aussi de se dénuder.

Le projet de loi prévoit imposer des amendes pouvant aller jusqu'à 16 000 $ pour tout acte public faisant la promotion de l'homosexualité et à quiconque fournirait de l'information sur la communauté gaie, lesbienne, bisexuelle et transgenre à des mineurs. Pour devenir loi, le texte doit recevoir l'accord final du Parlement et être signé par Vladimir Poutine.

Le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a affirmé avoir informé le dirigeant russe durant leur rencontre que, pour les Pays-Bas, les droits des homosexuels sont «inextricablement liés aux droits humains». En 2001, le pays est devenu le premier au monde à légaliser le mariage gai.

M. Poutine a réfuté les critiques, soutenant que les droits des homosexuels russes n'étaient pas menacés. Même si la Russie a décriminalisé l'homosexualité en 1993, l'homophobie y est encore très répandue et les autorités interdisent souvent les défilés de la fierté gaie.

Le président russe a passé la matinée de lundi à un salon commercial de Hanovre, en Allemagne, où Mme Merkel l'a également confronté au sujet des récentes mesures répressives adoptées par Moscou contre les organisations non gouvernementales.

PLUS:pc