NOUVELLES

USA: GE rachète les pompes Lufkin pour doper son pôle pétrole et gaz

08/04/2013 02:15 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

Le conglomérat industriel General Electric (GE) a annoncé lundi le rachat pour 3,3 milliards de dollars du fabricant de systèmes d'extraction de pétrole et gaz Lufkin, grâce auquel il va renforcer son pôle énergie et sa présence dans le secteur du gaz naturel, en plein boom.

Fondé en 1902, le groupe américain Lufkin Industries produit des outils de transmission mécanique, des éléments de turbines, des outils de pompage pétrolier et gazier et des équipements électriques.

Dans son communiqué, GE souligne que les pompes telles que celles de Lufkin, destinées à faciliter ou accélérer l'extraction pétrolière et gazière, sont utilisées dans "94% des champs" pétroliers et gaziers dans le monde.

"Les technologies avancées, combinées aux nouvelles méthodes de forage, révolutionnent le secteur du pétrole et gaz", a commenté Daniel Heintzelman, l'un des dirigeants du pôle pétrole et gaz de GE, la division à plus forte croissance du conglomérat américain.

Le secteur des pompes, qui devrait approcher 13 milliards de dollars en 2013, est en pleine expansion grâce au boom du gaz et du pétrole de schiste, explique GE dans son communiqué.

"Cette acquisition est encore un pas vers le renforcement des activités énergétiques de GE, que le groupe a renforcées ces dernières années", a commenté l'agence de notation financière Moody's dans une note lundi.

"Nous estimons que cette transaction est entièrement cohérente avec l'objectif de GE de viser des acquisitions ciblées de 1 à 3 milliards de dollars, cohérentes avec sa stratégie industrielle", dans l'énergie ou d'autres domaines d'activité comme l'industrie minière, ont renchéri les analystes de Citi.

GE espère réaliser des synergies avec sa division pétrolière GE Oil & Gas et profiter de la forte croissance du secteur des pompes submersibles électriques, prisées par les groupes énergétiques parce qu'elles leur permettent d'économiser des frais d'exploitation et d'améliorer leur production.

Le conglomérat rappelle avoir mené pour "11 milliards de dollars d'acquisitions depuis 2007, y compris les rachats de Wellstream (services pétroliers), Dresser (turbines à gaz) et Well Support (également des systèmes de pompage) en 2010 ou du groupe français Converteam (conversion d'électricité et générateurs) en 2011.

En janvier, GE a également annoncé en partenariat avec le japonais Toshiba la création d'une coentreprise d'équipements pour centrales au gaz.

Moody's souligne que le rachat de Lufkin devrait être financé grâce à "aux importantes liquidités de GE".

GE a proposé aux actionnaires de Lufkin 88,50 dollars par action, soit plus de 24 dollars de plus que le cours de clôture vendredi du titre Lufkin, ce qui représente une prime de 38%.

Soutenue par la direction, l'opération, qui se fera en numéraire, doit encore recevoir le feu vert des autorités de régulation et de la concurrence et devrait être finalisée au second semestre.

A Wall Street, l'action de Lufkin s'envolait de 37,65% à 88,00 dollars, s'ajustant au prix proposé par GE tandis que celle du conglomérat reculait de 0,34% à 22,85 dollars à la mi-séance.

Lukfin, dont le siège est au Texas (sud), emploie quelque 4.500 personnes dans quarante pays, dont 260 en France, où se trouve son siège européen. Ce dernier est à Fougerolles (Haute-Saône).

L'année dernière, Lufkin a réalisé un chiffre d'affaires de 1,3 milliard de dollars, en hausse de 37% sur un an.

ved-lo/sl/are

PLUS:afp