NOUVELLES

Ukraine: les USA saluent les libérations d'opposants, appellent à davantage

08/04/2013 03:34 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont salué lundi les récentes libérations d'opposants en Ukraine, mais appelé le président Viktor Ianoukovitch à aller plus loin en mettant fin à "toutes les poursuites judiciaires à caractère politique".

Iouri Loutsenko, ancien ministre ukrainien et proche allié de l'ancien Premier ministre emprisonné Ioulia Timochenko, a été gracié et remis en liberté dimanche dans un geste destiné à désamorcer la crise avec l'Union européenne et les tensions avec l'opposition. Cinq autres condamnés, dont l'ancien ministre de l'Environnement Gueorgy Filiptchouk, ont également été graciés.

"Les Etats-Unis sont encouragés par la décision du président Ianoukovitch de gracier" MM. Loutsenko et Filiptchouk, a déclaré la porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), Caitlin Hayden.

"Il s'agit d'une mesure importante pour répondre aux inquiétudes sur la démocratie et l'état de droit en Ukraine, mais il reste davantage à faire", a noté Mme Hayden dans un communiqué.

Washington "presse les autorités ukrainiennes de mettre fin à toutes les poursuites judiciaires à caractère politique, d'entreprendre des réformes complètes du système judiciaire pour faire en sorte d'éviter à l'avenir une justice à plusieurs vitesses, et d'appliquer en totalité les recommandations effectuées par l'OSCE après les élections législatives de 2012", a-t-elle ajouté.

M. Loutsenko avait été l'une des figures de proue de la Révolution orange qui avait mené à l'invalidation en justice de la victoire frauduleuse à la présidentielle de 2004 de Viktor Ianoukovitch.

Ce dernier avait pris sa revanche en 2010 en battant à la présidentielle Ioulia Timochenko, qui purge actuellement une peine de prison de sept ans pour abus de pouvoir.

Le geste de M. Ianoukovitch répond aux demandes répétées des gouvernements occidentaux et plus particulièrement à celle des envoyés spéciaux du Parlement européen en Ukraine, l'ancien président polonais Alexandre Kwasniewski et l'ancien président du Parlement européen Pat Cox.

tq/are

PLUS:afp