NOUVELLES

Poutine salue la retenue de Washington face à Pyongyang

08/04/2013 11:00 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

Alors que Pyonyang annonce le retrait de 53 000 travailleurs du complexe industriel intercoréen de Kaesong, le président russe, Vladimir Poutine tente de calmer le jeu en saluant le report, par Washington, d'un tir expérimental de missile.

En visite à la foire industrielle d'Hanovre en compagnie de la chancelière Angela Merkel, le président Poutine a évoqué « un geste d'apaisement très important » de la part des Américains face à la Corée du Nord.

« Il me semble que les États-Unis ont fait un geste très important. Ils ont stoppé le test d'un missile balistique. Nous devons remercier les États-Unis pour ce geste », a déclaré lundi Vladimir Poutine.

« J'espère que ce geste sera remarqué par nos partenaires, y compris la Corée du Nord (...) que chacun va se calmer et que tous vont travailler ensemble à la recherche d'une solution aux différents problèmes », a poursuivi Vladimir Poutine.

Le chef d'État russe évoquait dans son discours la décision du gouvernement américain de reporter l'essai d'un missile balistique à longue portée Minuteman 3 qui devait être tiré cette semaine depuis la base aérienne de Vandenberg, en Californie.

La semaine dernière, Pyongyang a multiplié les déclarations belliqueuses envers Séoul et Washington en plus de déplacer sur ses côtes deux missiles Musudan susceptibles d'atteindre l'île américaine de Guam, dans le Pacifique.

« Ce n'est un secret pour personne, nous sommes préoccupés par l'escalade de la situation dans la péninsule coréenne parce que nous sommes voisins », a expliqué le président russe.

Pyongyang retire sa main-d'oeuvre de Kaesong

Pendant ce temps, en Corée du Nord, le gouvernement du dictateur Kim Jong-Un annonçait lundi le retrait de 53 000 employés du complexe industriel intercoréen de Kaesong qui sera temporairement fermé.

Exploité conjointement par la Corée du Sud et du Nord, le complexe industriel de Kaesong est situé en territoire nord-coréen à une dizaine de kilomètres de la frontière.

« Nous allons retirer tous nos employés de la zone de Kaesong », a annoncé Kim Yang-gon, un haut responsable du parti communiste, dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

« La manière dont la situation évoluera au cours des prochains jours dépendra entièrement de l'attitude des autorités sud-coréennes », a prévenu le responsable nord-coréen.

Depuis mercredi dernier, Pyongyang interdit l'accès de Kaesong au personnel sud-coréen et aux camions de livraison qui alimentent le complexe qui abrite 123 entreprises sud-coréennes.

À Séoul, la fermeture du site par les Nord-Coréens a été mal accueillie.

« La décision unilatérale de la Corée du Nord de faire appliquer cette décision ne peut être justifiée de quelque manière que ce soit et la Corée du Nord sera tenue responsable de toutes les conséquences », a pour sa part prévenu le ministère sud-coréen de l'Unification.

PLUS:rc