NOUVELLES

Le pétrole rebondit à New York après trois séances de baisse

08/04/2013 03:22 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont rebondi à la clôture lundi à New York après trois séances consécutives de baisse, profitant entre autres de l'impasse dans laquelle semblent se trouver les négociations sur le programme nucléaire iranien.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai a gagné 66 cents à 93,36 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

En début de séance, les investisseurs "ont acheté pour profiter de la chute de la semaine dernière", quand les prix du brut, affectés par des indicateurs moroses dans la zone euro et aux Etats-Unis, ont reculé de 4,49 dollars en trois séances, a remarqué Michael Lynch, de Strategic Energy and Economic Research.

Le fort ralentissement des créations d'emplois aux Etats-Unis publié vendredi par les autorités américaines a notamment renforcé les craintes sur la vigueur de la demande énergétique des États-Unis -- premier consommateur de brut de la planète.

Le marché a aussi été soutenu par l'annonce d'une progression meilleure que prévu de la production industrielle de l'Allemagne.

Les cours se sont bien affichés en baisse en cours de séance mais "faute de parvenir à casser des seuils vers le bas, sont repartis à la hausse sur un rebond technique", a noté David Bouckhout, TD Securities.

Ils ont également profité du regain de vigueur des marchés boursiers nord-américains qui, après avoir démarré dans le rouge, se sont peu à peu hissés en territoire positif, a ajouté l'analyste: "Cela a stimulé l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués" comme les matières premières.

"L'absence de progrès dans les négociations entre le groupe 5+1 et l'Iran" a aussi joué en faveur des prix du brut, selon M. Bouckhout.

Les pourparlers autour du programme nucléaire iranien controversé entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU --Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine-- plus l'Allemagne et Téhéran semblent en effet dans l'impasse.

Le dernier round de discussions vendredi et samedi à Almaty qui avait inspiré un optimisme prudent, après une session encourageante en février au même endroit, s'est soldé par un échec, les deux parties refusant même d'annoncer la date et le lieu de la prochaine rencontre.

jum/sl/are

PLUS:afp