NOUVELLES

Des oulémas du Sahel appellent à la libération des otages

08/04/2013 01:22 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

La Ligue des oulémas, qui réunit les prédicateurs et imams de six pays du Sahel, a appelé lundi à Alger les islamistes armés à libérer tous leurs otages dans la région, dont des Français et des Algériens, à l'issue du deuxième congrès de cette organisation créée en janvier.

"L'enlèvement, la détention et l'assassinat d'otages ainsi que la demande de rançons sont interdits", ont affirmé ces religieux, invitant "les personnes sages à libérer tous les otages et leur permettre de rentrer chez eux sains et saufs", dans un communiqué final cité par l'agence de presse algérienne APS.

Les participants ont également souligné la nécessité de "protéger les oulémas et les hommes de religion contre les assassinats et les accusations d'apostasie et d'hérésie".

La Ligue a été créée lors d'une rencontre en janvier à Alger entre oulémas, prêcheurs et imams d'Algérie, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et de Mauritanie, réunis sous le thème: "L'extrémisme religieux dans la région du Sahel: les causes et les solutions à apporter".

La nouvelle institution, à laquelle le Nigéria a adhéré à ce deuxième congrés, se propose de "lutter contre l'extrémisme religieux et le terrorisme sous toutes formes".

Une opération lancée en janvier par la France, en soutien à l'armée malienne, a permis la reprise des principales villes du nord du Mali, occupées depuis l'an dernier par des groupes islamistes liés à Al-Qaïda.

Mais la France n'a toujours pas de nouvelles de ses otages, dont l'un Philippe Verdon, aurait été exécuté le 19 mars par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Une famille française de sept personnes, dont quatre enfants, a également été enlevée le 19 février dans le nord du Cameroun. Des individus se réclamant de Boko Haram, un groupe islamiste nigérian, ont diffusé sur Youtube une vidéo montrant cette famille.

L'Algérie a également eu sept de ses ressortissants, des diplomates, enlevés il y a un an à Gao par un autre groupe islamiste, le Mouvement pour l'unicité du jihad en Afrique de l'ouest (Mujao). Trois d'entre eux ont été libérés, un aurait été exécuté et trois restent détenus.

amb/bmk/mcl

PLUS:afp