NOUVELLES

De plus en plus de Chypriotes demandent une aide alimentaire

08/04/2013 11:09 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

La Croix-Rouge chypriote s'est toujours occupée des plus démunis, mais la grave crise économique qui frappe leur pays pousse de plus en plus de Chypriotes, jusque-là habitués à une vie aisée, à se tourner vers les organisations humanitaires pour obtenir une aide alimentaire.

Des familles anxieuses attendaient lundi au QG de la Croix-Rouge à Nicosie pour recevoir des paquets de pâtes, de riz, du café, du thé, du sucre et des boîtes de conserve pour la semaine.

Jusque-là, ce sont les migrants récemment arrivés d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient qui remplissaient la salle d'attente. Désormais ce sont des Chypriotes de tous bords qui font la queue pour recevoir de la nourriture ou des vêtements.

"Aujourd'hui, nous aidons surtout des Chypriotes. Nous voyons des personnes venir dans des BMW ou des Mercedes pour chercher à manger", explique à l'AFP Takis Neophytou, directeur général de la Croix-Rouge chypriote. "Il y a quelques mois encore, ils vivaient bien", souligne-t-il.

Selon lui, la Croix-Rouge nourrit actuellement un millier de personnes par mois, trois fois plus qu'avant la crise.

Chypre a conclu un plan de sauvetage avec l'Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international pour recevoir un prêt de 10 mds d'euros destiné à empêcher la faillite de l'île. Dans le cadre de ce plan, l'île s'est engagée à une réduction drastique de son secteur bancaire, une baisse des effectifs du secteur public et une augmentation des impôts.

Parmi les personnes qui faisaient la queue lundi, beaucoup étaient là pour la première fois, après avoir perdu leur emploi.

Costas Costaris, 48 ans, est au chômage. Il a un enfant et vit dans un logement social depuis que sa famille s'est réfugiée dans le sud de l'île à la suite de l'invasion turque du tiers nord en 1974. Mais il n'avait jamais eu besoin de soutien pour subvenir aux besoins de sa famille.

"Auparavant, je travaillais comme chauffeur de camion, je n'avais pas besoin de venir (à la Croix-Rouge), mais je ne travaille plus depuis décembre", explique-t-il.

Une mère célibataire attend de pouvoir avoir de la nourriture pour nourrir ses quatre enfants. Elle n'a pas pu bénéficier des aides sociales ce mois-ci.

"Je ne sais pas comment je vais pouvoir faire face à cette situation si elle perdure, car j'ai un bébé et en ce moment mon ex-mari ne m'aide pas", explique Georgia Yiannou, 27 ans.

En un peu plus d'une heure, la Croix-Rouge a distribué une quarantaine de colis, mais la présidente de la Croix-Rouge chypriote, Fotini Papadopoulou, prévient que l'ONG a du mal à faire face à la demande.

"En ce moment, nous ne pouvons pas acheter plus d'aliments ou de vêtements car notre compte est bloqué à la Laïki Bank", explique-t-elle en référence à la deuxième banque du pays qui doit être liquidée dans le cadre de la restructuration du secteur bancaire.

D'autres organisations caritatives ont également commencé à distribuer de la nourriture à travers l'île, apportant un soutien indispensable à ceux qui luttent face à de graves difficultés financières.

L'association Alkionides conseillait la communauté chypriote à l'étranger et aidait les étudiants à Chypre. Mais depuis peu elle distribue deux fois par mois des aides alimentaires dans des zones à la périphérie de Nicosie.

Le mois dernier, Alkionides a nourri 200 familles chypriotes pour un montant de 15.000 euros, affirme sa présidente, Georgia Polyviou.

"Les choses vont mal depuis un an et demi, mais la situation s'est rapidement détériorée depuis l'annonce du plan de sauvetage le mois dernier", explique-t-elle, soulignant qu'"avec le chômage qui augmente on va devoir nourrir de plus en plus de gens".

"Ceux qui viennent ne sont pas en colère, on les sent résignés. Les gens sont en état de choc et veulent comprendre pourquoi cela leur arrive".

tl/dv/feb/sw

PLUS:afp