NOUVELLES

Contributions de plus d'un demi-milliard de dollars pour le Darfour

08/04/2013 08:16 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

Plusieurs pays ont promis lundi à Doha de financer un programme de développement du Darfour, notamment le Qatar à hauteur de 500 millions de dollars, lors d'une conférence internationale sur cette région soudanaise dévastée par dix ans de guerre civile.

"Ces promesses dépassent les 177 millions de dollars dont nous avons besoin pour les projets urgents" de la stratégie de développement, s'est félicité le coordinateur de l'ONU pour le Darfour, Ali al-Za'atari, quelques heures avant la fin de la conférence qui s'était ouverte dimanche.

Il a évoqué près de 600 millions de dollars de promesses d'aides enregistrées à la mi-journée.

La conférence rassemble quelque 400 participants, responsables gouvernementaux, experts de l'ONU et représentants d'ONG.

Elle table sur des contributions de 7,2 milliards de dollars sur six ans pour développer le Darfour, où les infrastructures sont presque inexistantes et où 1,4 million de personnes --sur 6 millions d'habitants-- vivent dans des camps de déplacés en raison de l'insécurité.

"Il n'est pas nécessaire de lever tout l'argent aujourd'hui. Nous avons besoin de mobiliser des fonds suffisants pour soutenir la crédibilité de la stratégie de développement", a ajouté le responsable onusien.

Le Qatar, parrain d'un processus de paix au Darfour, a annoncé la plus grosse contribution au programme international qui vise à consolider une paix relative sur le terrain par des projets de développement.

"J'annonce l'engagement du Qatar à apporter 500 millions de dollars de dons et de contributions au développement du Darfour", a déclaré Ahmad Ben Abdallah al-Mahmoud, ministre d'Etat aux affaires du Conseil des ministres.

Le ministre a rappelé à l'occasion la promesse faite en février 2010 par le Qatar de créer une banque dotée d'un capital d'un milliard de dollars pour le Darfour.

Le représentant de l'Allemagne a pour sa part annoncé une promesse d'aide de 16 millions d'euros (20 M USD). l'Union européenne a promis 27 millions d'euros (35 M USD), le Tchad, limitrophe du Darfour, 1 million de dollars et l'Italie 300.000 dollars.

Dimanche, le Royaume-Uni s'était engagé à verser 16,5 millions de dollars par an sur trois années pour l'agriculture et la formation professionnelle.

Sur le terrain, même si les violences ont nettement baissé, les escarmouches se poursuivent entre rebelles et soldats, de même que des accrochages entre tribus rivales, des enlèvements et des vols.

La conférence a été précédée par des manifestations de déplacés dans les camps du Darfour qui protestaient contre l'insécurité, et deux des principaux groupes rebelles ont dénoncé cette rencontre.

"Je voudrais condamner très fermement" la conférence de Doha, a déclaré à l'AFP Abdel Wahid Mohammed Al Nour, chef d'une faction de l'Armée de libération du Soudan (ALS). "Pour avoir une conférence des donateurs, il faut d'abord avoir la paix et la sécurité sur le terrain", a-t-il ajouté, estimant que l'argent n'irait "pas aux populations".

Jibril Adam Bilal, du Mouvement pour la Justice et l'Egalité (JEM), a demandé à la communauté internationale de ne pas "donner au gouvernement du Soudan une occasion de se livrer à des crimes" contre le peuple du Darfour.

M. Za'atari a dit comprendre l'opposition de certains rebelles au programme en raison de l'insécurité, mais a affirmé que "le développement est le seul moyen d'inverser la vapeur au Darfour et d'engager cette région dans la voie de la réhabilitation".

"De larges portions du Darfour sont prêtes à une telle réhabilitation et la population désire vivement une aide qui la libère de l'assistance humanitaire", a-t-il plaidé.

fb-mh/at/cnp

PLUS:afp