POLITIQUE

Aide sociale: la réforme de la ministre Maltais continue de susciter la grogne

07/04/2013 01:42 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Les changements à l'aide sociale proposés par la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, continuent de susciter la grogne.

Le Front commun des personnes assistées sociales du Québec organise jeudi une journée de manifestations dans cinq villes du Québec pour dénoncer cette réforme. Les rassemblements auront lieu à Montréal, Québec, Sherbrooke, Saguenay et Rimouski.

Entre-temps, une pétition parrainée par la porte-parole de Québec solidaire et députée de Gouin, Françoise David, continue d'amasser les signatures. Un peu plus de 10 300 personnes y ont apposé leur nom jusqu'à maintenant.

Candidate pour Québec solidaire à toutes les élections provinciales dans Sainte-Marie—Saint-Jacques depuis 2006, la militante Manon Massé devait aller à la rencontre des électeurs de la circonscription, dimanche, dans le but de les inviter à signer la pétition de son parti.

En entrevue téléphonique, elle a qualifié de «coupes» la réforme défendue par le gouvernement Marois.

Les changements à la source de cette controverse prévoient la fin des allocations supplémentaires allouées de manière automatique aux prestataires âgées de 55 à 58 ans, aux parents avec un enfant de moins de cinq ans et aux personnes ayant recours à des services de désintoxication de plus de 90 jours, le régime actuel couvrant une période maximale de 183 jours.

Ces indemnités additionnelles de 129 $ seraient toutefois bonifiées pour ceux et celles réussissant à prouver qu'ils ne sont véritablement pas aptes à trouver un emploi. Elles s'ajouteront à la prestation mensuelle de base, soit 604 $.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les promesses du PQ