NOUVELLES

Les partisans de Capriles envahissent les rues de Caracas

07/04/2013 06:30 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT

CARACAS, Venezuela - Le dauphin politique du défunt président Hugo Chavez a de bonnes chances de s'emparer du pouvoir la semaine prochaine, mais cette possibilité n'a pas eu raison de la détermination de quelque 100 000 partisans de son rival Henrique Capriles, qui ont pris d'assaut les rues de Caracas dimanche, paralysant la circulation dans la capitale vénézuélienne.

Par un chaud après-midi ensoleillé, les dizaines de milliers de personnes ont fait fi des prédictions qui donnent Nicolas Maduro gagnant. Henrique Capriles y a vu un signe annonciateur d'une victoire électorale au scrutin de la semaine prochaine.

Hugo Chavez avait eu le dessus sur M. Capriles lors des élections présidentielles d'octobre dernier.

On s'attend cette fois à ce que le vote nostalgique des «Chavistas» profite à Nicolas Maduro, qui a servi comme ministre des Affaires étrangères sous Hugo Chavez.

Mais selon des critiques, le candidat à la présidence devra composer avec une situation économique périlleuse, puisque le «Commandante» a fait des dépenses exorbitantes en prévision du scrutin qui s'est tenu en octobre.

Jesus Barroso, un retraité âgé de 52 ans, s'attend à une victoire facile de Nicolas Maduro dimanche prochain. Par contre, il prédit que le président élu n'arrivera pas à compléter son mandat de six ans puisque les problèmes sociaux et économiques qui se profilent à l'horizon encourageront les Vénézuéliens à réclamer sa tête.

«Je ne pense pas qu'il dure très longtemps à la présidence», a-t-il résumé.

Dans les rues de la capitale, dimanche, les partisans du candidat de l'opposition ont scandé des slogans anti-gouvernementaux en faisant flotter le drapeau du Venezuela. Ils ont convergé vers l'avenue principale de Caracas, où le gouverneur de l'État de Miranda les attendait avec un discours.

«Il est capable de nous offrir des opportunités pour nous sortir de ce désastre», a lancé Maria De Llano en parlant de son favori, Henrique Capriles.

Selon un récent sondage réalisé par la firme indépendante Datanalisis, Nicolas Maduro jouit d'une avance confortable sur son adversaire, avec 49 pour cent des voix contre 35 seulement pour Henrique Capriles. Le coup de sonde, réalisé auprès de 800 personnes entre les 11 et 13 mars, a une marge d'erreur de 3,4 pour cent.

PLUS:pc