POLITIQUE

Le conservateur Julian Fantino pourrait contrevenir à la Loi sur les langues officielles

07/04/2013 02:00 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT
Getty Images
07/08/05 - TORONTO, ONTARIO - COMMISSIONER FANTINO -For National report story on Ontario's preparedness for any kind of terror attack. Try to get him in the operations centre. if not perhaps at the door of the centre.OPERATION CENTRE IS OUT OF THE QUESTION !!!!! Need feeling of secure environment. (Photo by Vince Talotta/Toronto Star via Getty Images)

OTTAWA - Par deux fois, le bureau du ministre conservateur anglophone Julian Fantino a demandé à ce que toutes ses correspondances soient rédigées exclusivement en anglais, sauf avis contraire — et ce, même si le destinataire est francophone.

Cette directive pourrait contrevenir à la Loi sur les langues officielles, qui stipule que les employés fédéraux ont le droit de travailler dans la langue de leur choix. Même si le bureau du ministre semble avoir rajusté le tir depuis, le commissaire aux langues officielles a accepté d'enquêter sur la situation, à la demande des néo-démocrates.

Quelques jours seulement après l'arrivée de M. Fantino à l'Agence canadienne de développement international (ACDI), les employés ont reçu une directive orale émanant de son cabinet les informant qu'à moins d'avis contraire, toutes les lettres sur lesquelles on apposait sa signature devaient être rédigées en anglais pour être expédiées.

«On s'est fait dire au mois de juillet que M. Fantino fonctionnait comme ça à son ancien poste», a affirmé à La Presse Canadienne un employé de l'ACDI qui a requis l'anonymat. M. Fantino était ministre associé de la Défense nationale avant un mini-remaniement l'été dernier.

Quand des questions ont été posées à ce sujet, la directive est tombée, s'est rappelé le fonctionnaire. Puis, en février dernier, un nouveau mémo, rédigé en anglais, a été envoyé.

«Je voudrais réitérer que TOUTE la correspondance signée par le ministre doit être envoyée en anglais», peut-on lire dans le courriel émanant du cabinet de M. Fantino. Selon l'employé de l'agence, cette consigne s'appliquait notamment aux lettres qui s'adressaient aux fonctionnaires de l'ACDI.

«Dans les cas spéciaux, c'est-à-dire pour le premier ministre (haïtien Laurent) Lamothe, alors c'est logique, mais par exemple, pour les lettres de remerciement au personnel pour le voyage en Éthiophie, nous avons relevé deux fois qu'il y en avait en FR (français)», poursuit l'adjointe au bureau du ministre.

«Je comprends que nous savons que la première langue des destinataires est le français, cependant, le ministre peut écrire en anglais s'il choisit de le faire. C'est également en accord avec la Loi sur les langues officielles», se conclut le courriel.

Ce n'est toutefois pas l'avis du porte-parole néo-démocrate en matière de langues officielles, Yvon Godin, qui a déposé une plainte à ce sujet au commissaire aux langues officielles, Graham Fraser.

«On est un pays supposément bilingue. Quand le ministre veut signer ses lettres en anglais et rédiger ses lettres en anglais sans égard aux langues officielles, il y a un problème», a déploré le député d'Acadie-Bathurst.

Au bureau de M. Fantino, on assure toutefois que le ministre respecte la loi.

«M. Fantino respecte et correspond dans les deux langues nationales. Cependant, dans ce cas-ci, il voulait envoyer des lettres de remerciement personnalisées à quelques employés», a répondu sa directrice des communications, Meagan Murdoch, par courriel.

«Le fait que quiconque puisse critiquer la reconnaissance spéciale de fonctionnaires travaillants est simplement irrespectueux et de mauvais goût», a-t-elle conclu.

Après la publication d'une première version de cet article dimanche, M. Fantino a par ailleurs catégoriquement réfuté avoir envoyé la première directive.

Saisi de l'affaire, le bureau de M. Fraser ne peut commenter sur le cas spécifique avant la fin de l'enquête. «Est-ce qu'une lettre unilingue au personnel éthiopien est en accord avec la loi? Ce sera à l'enquête de le déterminer», a expliqué le gestionnaire aux affaires publiques, Nelson Kalil.

«Mais en général, la correspondance du ministère ou du ministre, en général, doit être rédigée dans les deux langues officielles. Mais on devra se pencher là-dessus», a-t-il noté.

Dans sa lettre au commissaire, M. Godin affirme que le bureau de M. Fantino a finalement indiqué verbalement aux fonctionnaires le 22 février dernier que les personnes ayant écrit au ministère en français pourront finalement recevoir leur réponse en français.

Malgré cette précision, M. Godin a choisi de maintenir sa plainte. «En raison du climat qui y règne, il m'apparaît clair qu'une surveillance immédiate de votre part est nécessaire», conclut le député néo-démocrate dans sa missive.

Le fonctionnaire qui a tiré la sonnette d'alarme croit également que d'autres situations discutables sur le plan des langues officielles ne manqueront pas de se reproduire, même s'il est somme toute plutôt rare qu'un ministre s'adresse directement à ses fonctionnaires.

«Ça semble être une partie de pêche à la mouche. Il lance l'appât, il attend de voir si quelqu'un réagit. Quand il a un petit peu de réaction, il recule. Mais ils reviennent toujours à la charge avec ça», a-t-il illustré. Il affirme que le dossier est loin d'être clos.