NOUVELLES

John Baird discute de paix et de développement avec des chefs palestiniens

07/04/2013 01:40 EDT | Actualisé 06/06/2013 05:12 EDT

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, n'a laissé aucun doute samedi sur les divergences entre le Canada et les leaders palestiniens mais il a assuré que les deux parties avaient pour objectif commun de travailler ensemble vers le progrès.

Dans le cadre de sa tournée au Moyen-Orient, M. Baird a rencontré le président Mahmoud Abbas, le premier ministre Salam Fayyad, et son homologue palestinien pour discuter des questions de sécurité et de développement économique qui affectent la région.

Le ministre n'a pas donné de détails, mais il a qualifié les réunions de « très productives », disant qu'il y avait eu de bons échanges de points de vue.

« Nous ne sommes certainement pas d'accord sur tous les enjeux. Nous avons de profondes divergences d'opinion sur la façon d'aller de l'avant, mais non sur le besoin d'aller de l'avant », a déclaré M. Baird aux journalistes.

Le ministre des Affaire étrangères palestinien, Riyad Al-Maliki, a abondé dans le même sens.

« Les différences peuvent demeurer, mais c'est bien de continuer d'en parler entre amis, et d'aller de l'avant sur les ententes concrètes des deux côtés », a-t-il commenté.

Il a ajouté que les Palestiniens souhaitaient l'appui du Canada pour renforcer leurs institutions et améliorer le potentiel des Territoires au cours de son stade transitoire vers un État.

Vote historique

Les Palestiniens ont remporté un vote historique à l'Assemblée générale des Nations unies en novembre, en obtenant le statut d'État observateur non-membre.

Le Canada était l'un des neuf pays sur les 194 que compte l'Assemblée ayant voté contre l'obtention de ce statut pour la Palestine.

Le ministre Baird figure parmi ceux qui craignent que les Palestiniens se servent de ce nouveau statut pour déposer des accusations de crimes de guerre contre Israël à la Cour pénale internationale.

En discutant samedi de développement dans la région, M. Baird a fait valoir que le Canada était déterminé à soutenir les programmes d'aide actuellement en cours jusqu'à la fin des ententes.

Il a toutefois refusé de dire si le Canada reconduira son enveloppe d'aide de 300 millions de dollars aux Palestiniens, un programme de cinq ans qui a officiellement pris fin le mois dernier.

M. Baird avait indiqué le mois dernier qu'il voulait entendre directement ce que l'Autorité palestinienne avait à dire avant de prendre d'autres décisions à ce sujet.

Les fonds versés en assistance à la Palestine vont directement à renforcer son système judiciaire, à financer le développement du secteur privé, à la santé et à l'éducation.

Le ministre s'est dit satisfait des progrès réalisés au chapitre de la justice et de la sécurité, affirmant qu'il s'agissait là « d'une utilisation efficace des fonds de développement ».

M. Baird a demandé la reprise des pourparlers de paix entre la Palestine et Israël; son homologue a dit que les Palestiniens étaient prêts à s'y engager.

« J'ai apprécié la priorité que votre gouvernement a donné à toutes les négociations de paix, aux discussions de paix », a dit le ministre canadien à M. Al-Maliki lors d'une conférence de presse.

« Nous croyons évidemment qu'à la fois Israël et l'Autorité palestinienne devraient, sans conditions préalables, retourner à la table de négociations », a ajouté M. Baird.

Il s'est dit ravi que le secrétaire d'État américain John Kerry se rende dans la région ce week-end pour tenter de relancer les pourparlers de paix, depuis longtemps dans l'impasse.

PLUS:rc