NOUVELLES

Israël écarte un rôle dans l'immédiat de la Turquie dans le processus de paix

07/04/2013 11:48 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT

La ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni, chargée du dossier des négociations avec les Palestiniens, a exclu dimanche que la Turquie joue un rôle actif dans l'immédiat dans la relance du processus de paix comme l'a suggéré le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

"Le processus politique doit se dérouler de façon directe entre nous et les Palestiniens", a répondu Mme Livni à la radio publique à une question sur le rôle que pourrait jouer la Turquie dans la relance des négociations gelées depuis septembre 2010.

"Les dirigeants de la région sont importants. Tout dirigeant palestinien qui souhaite négocier doit bien entendu obtenir le soutien des pays de la région, mais pour le moment nous sommes totalement impliqués dans les efforts en vue de la reprise des négociations directes, tandis que les Américains tentent d'aider à cette relance", a expliqué Mme Livni au moment où M. Kerry était de retour en Israël pour tenter de relancer le processus de paix.

"Nous pourrons sous peu évaluer la contribution des pays de la région. L'idée est intéressante, mais cela prendra du temps", a ajouté Mme Livni, à propos des déclarations de M. Kerry à Istanbul qui a estimé que la Turquie pouvait jouer un rôle "clé" et apporter une "importante contribution" au processus de paix entre Israël et les Palestiniens.

"Un pays aussi dynamique et énergique que la Turquie peut avoir un impact profond sur le processus de paix", a affirmé M. Kerry lors d'une conférence de presse avec le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu.

Le secrétaire d'Etat américain doit avoir des discussions dimanche soir à Ramallah, en Cisjordanie, avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et mardi à Jérusalem avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Sous la pression des Etats-Unis, M. Netanyahu a présenté le 22 mars dernier les excuses de son pays pour la mort de neuf ressortissants turcs par l'armée israélienne lors de l'assaut en 2010 d'un navire humanitaire en route pour Gaza.

Ce geste a relancé les relations entre les deux pays, suspendues de facto de fait depuis cet incident. Des discussions sur le versement de dommages et intérêts aux familles des victimes turques doivent débuter la semaine prochaine.

jlr/agr/sw

PLUS:afp