NOUVELLES

FEUQ: Martine Desjardins quittera ses fonctions le 1er mai

07/04/2013 04:37 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT
PC

ROUYN-NORANDA, Qc - La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) s'apprête à changer de visage: sa présidente, Martine Desjardins, quittera ses fonctions dans trois semaines et sera remplacée par Antoine Genest-Grégoire, un étudiant à la maîtrise en sciences économiques de l'UQAM.

L'identité de son successeur a été annoncée dimanche par voie de communiqué à l'issue d'une assemblée générale de trois jours s'étant tenue à Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue.

Le mandat de deux ans de Martine Desjardins arrivera à son terme le 1er mai. Une conférence de presse est prévue ce jour-là pour signifier publiquement le changement d'équipe et de présidence à la FEUQ.

«C'est avec une grande fierté que j'ai hier soir livré mon dernier discours aux étudiants membres de la FEUQ. Après deux années à la tête du plus grand groupe jeune du Québec, après la plus grande campagne de l'histoire du mouvement étudiant québécois, c'est avec le sentiment du devoir accompli que je passe désormais le flambeau à la relève qui saura achever les combats amorcés et apporter aux étudiants universitaires des avancées concrètes dans leurs conditions de vie et d'étude» a souligné Mme Desjardins, dans un communiqué.

Avec Léo Bureau-Blouin, ex-président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), et Gabriel Nadeau-Dubois, ancien porte-parole de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Martine Desjardins a mené de front le mouvement de contestation du printemps 2012 contre la hausse des frais de scolarité décrétée par le gouvernement libéral de Jean Charest. Des trois, elle était la seule à être toujours en poste.

Si elle a obtenu gain de cause avec l'annulation de la hausse des frais de scolarité, abrogée par le gouvernement Marois peu de temps après la victoire du Parti québécois le 4 septembre 2012, elle n'aura rien pu faire contre l'indexation de ces mêmes frais, annoncée au lendemain du Sommet sur l'enseignement supérieur, en février dernier.

La FEUQ affirme toutefois qu'un plan d'action est en préparation et qu'il devrait être prêt pour la rentrée de 2014.

«C'est un plan de match ambitieux sur de nombreux aspects que se sont donnés les membres de la FEUQ», affirme Mme Desjardins.

«La prochaine équipe aura l'occasion de travailler sur des sujets plus intéressants les uns que les autres; que ce soit la question des étudiants internationaux, de l'aide financière aux études ou encore du financement des universités. [...] Finalement, j'ai reçu le bilan du Sommet, un bilan pragmatique et axé sur les avancées concrètes des étudiants grâce à notre travail de représentation, un travail qui se poursuit avec fierté au sein des différents chantiers», a-t-elle conclu.

Le nouveau président, Antoine Genest-Grégoire, n'accordera pas d'entrevues avant son entrée en poste officielle le 1er mai, a mentionné le porte-parole et vice-président exécutif sortant de la FEUQ, Yanick Grégoire.

INOLTRE SU HUFFPOST

La manif du 4 mai à Victoriaville